DOCU CORONAVIRUS

ARTICLE DANS LA MEUSE DU 6 MAI 2020

Jean-Dominique MICHEL (Suisse) : Anatomie d'un désastre

Jean-Dominique Michel | "Anatomie d'un désastre" | Avril 2020

Un article du Journal du Médecin (France) le 27 avril 2020 lu à voix haute

COVID - 19 : article Journal du médecin

Réanimation Covid 19 - la torture que les vieux ne peuvent pas supporter

92734363 10219842651434318 8883645561169772544 oOn parle énormément de "réa" et de "ventilation"..

Il ne s'agit pas d'un masque à oxygène simplement posé sur la bouche.
La ventilation invasive pour le covid (intubation qui se fait sous anesthésie générale) consiste à rester 2/3 semaines immobile souvent sur le ventre (décubitus ventral) avec un tuyau enfoncé dans la bouche jusque dans la trachée et qui vous permet de respirer au rythme de la machine auquel il est attaché.
Vous ne pouvez pas parler ni vous nourrir ni rien d'autre de façon naturelle.
La gène et la douleur nécessitent l’administration de sédatifs et analgésiques pour assurer la tolérance du tube par le patient pendant la durée de la prise en charge (coma artificiel).
En une vingtaine de jours de ce doux traitement pour un patient jeune (40 ans) la perte de masse musculaire est d'environ 40% et la rééducation de 6 à 12 mois souvent associée à des traumatismes de la bouche ou des cordes vocales.
C'est pour cette raison que les personnes âgées ou déjà affaiblies sont souvent incapables de tenir physiologiquement.

Merci Véronica Scattone pour ce texte emprunté via Facebook

Jeudi 19 mars 2020 Journal SUDPRESSE

Coronavirus: 180.000 tests Covid-19 réquisitionnés dans une entreprise liégeoise!

AFP

Les autorités ont procédé hier à la réquisition de 180.000 tests pour détecter le coronavirus et à un stock de produits réactifs. Ces produits ont été fabriqués par une entreprise de la région de Liège.

C’est alerté par le ministère de la Santé publique de l’existence de ces tests dont notre pays a grand besoin que le ministre de l’Intérieur, Pieter De Crem, a décidé de signer un arrêté ministériel autorisant la réquisition. Le gouvernement est en effet doté de pouvoirs spéciaux qui lui permettent d’agir dans ce sens.

 

Comme nous l’a expliqué Erik Enaerts, l’attaché de presse du ministre, « il y avait urgence. L’entreprise n’a rien à se reprocher. Elle avait le droit de disposer de ses produits comme elle l’entendait et avait tout à fait le droit de les vendre et de les exporter. Mais ici, c’est une situation exceptionnelle. Entamer les procédures pour éventuellement acheter ces tests aurait nécessité beaucoup trop de temps. C’est pour cela, qu’il a été décidé de réquisitionner le stock. L’entreprise a totalement coopéré. Elle sera d’ailleurs rémunérée selon les prix conformes au marché. »

Pour ne pas perdre de temps et surtout pour que les tests ne quittent pas le pays, l’arrêté ministériel autorisant la saisie a été signé cet après-midi et immédiatement, police et protection civile se sont rendues sur place pour prendre possession du lot de tests et de produit réactif. « Agir au plus vite était primordial », conclut Erik Enaerts.

Une page très utile de nos amis d'ATTAC

Une vidéo largement consacrée au travail du Dr RAOULT

Pr Raoult et Chloroquine : Vers un nouveau scandale d'état ? (2)

1 avril 2020 : un texte de Philippe Marczewski sur sa page Facebook, je ne le connais pas mais suis d'accord avec lui donc je le publie en copié/collé

(Mille excuses, je déteste ça, je promets que c'est exceptionnel, d'ailleurs si ça se trouve, je supprimerai ça demain quand je serai à jeun.)

Je ne parviens plus à regarder le journal télévisé de la RTBF, et surtout le déshonorant quart d'heure qui suit, confié aux bons soins de La Voix de son Maître, relai béat des éléments de langage gouvernementaux (et cela dit sans offense pour les scientifiques interrogés qui font ce qu'ils peuvent). Hier, pas un mot sur le scandale de la gestion des stocks et commandes de masques par Maggie De Block. Pas un mot depuis un mois sur des années d'austérité et de choix criminels de politiques économique et sociale.

La mise en scène de la crise et sa transformation en spectacle hypnotique et anesthésiant est insupportable. Insupportable le décompte quotidien des malades et des morts. Insupportable de le faire suivre d'une justification de la police d'exception, pour aussitôt laisser entendre que les indisciplinés auront des morts sur la conscience. Insupportable les vidéos où les Belges prêts à tout pour passer à la télé se transforment en clowns d'intérieur. Insupportable cette visite guidée quotidienne des meilleurs applaudissements, à 20 heures, dramaturgie obscène de l'abandon des soignants à leur propre sort, seulement destinée à nous donner bonne conscience à bon compte et célébrer la caricature émotionnelle de la solidarité plutôt que la solidarité elle-même. Insupportable de se glorifier d'applaudir aux fenêtres à heure fixe pour oublier qu'on a laissé prospérer, voire soutenu, des politiques de mise à sac des services publics, au premier rang desquels les hôpitaux.

Cette émission, sous couvert d'informer le peuple et de répondre aux questions qu'il se pose, aux peurs qui l'agitent, n'est qu'une nouvelle variation de la stratégie de la tension — tenir l'anxiété en laisse mais aboyante, sans muselière, et la surveiller comme le lait sur le feu. Chaude elle est utile mais que jamais elle ne déborde.

Le taureau qui se débat pour sa vie dans l'arène et réussit à renverser son tueur, on le détourne de sa cible par de grands mouvements, et quand il comprend que le matador s'est relevé il est trop tard : voici son échine percée de banderilles.

Voilà où nous en sommes. Voilà le brouet qu'on veut nous faire avaler.

Les louanges adressées à la Première Ministre et à son gouvernement, ou à tout le moins le silence sur la terrible responsabilité des partis politiques impliqués d'une manière ou d'une autre dans ce fiasco, c'est tout de même un des plus beaux syndromes de Stockholm jamais observé à grande échelle.

Je fais partie de ceux pour qui ce confinement n'est pas une épreuve. Je peux travailler. Ici nous avons de l'espace. Un jardin. Du confort. Je ne suis pas dans la rue. Je ne suis pas en prison. Je ne suis pas dans un mouroir. Je ne suis pas dans un centre fermé ou dans le parc Maximilien. Je pourrais facilement me contenter d'en rire (et j'en ris, d'ailleurs, ça n'empêche pas). Mais tout ça finira. Ce qui nous attend, après, risque bien d'être terrible. Il suffit de lire sur twitter les dégoutants petits prurits du président du MR, pour qui cette crise n'appelle pas de remise en question de nos systèmes, pour savoir qu'ils n'ont aucune intention de lâcher prise. Je n'ai vraiment pas de goût pour la révolution, ni pour le militantisme, ni pour l'activisme petit-bourgeois. Mais quand nous sortirons de là, il faudra aller dans les bars, sur les places, dans les rues. En Belgique, en France, en Espagne, en Italie, en Hongrie. Partout. Le premier soir nous nous saoulerons. Mais dès le lendemain matin nous devrons être les uns pour les autres contagieux. Virulents. Il va falloir parler, écrire et lire. Il va falloir détruire dans l’œuf leurs nouveaux jouets de contrôle. Il va falloir trouver les conditions pour gagner le rapport de force.

 

Une vidéo très intéressante du Dr Résimont - Ici c'est du sérieux et c'est pas de la rigolade, à partager

Coronavirus - Covid-19 Docteur Stephane Résimont - "J'accuse"

26 mars 2020 - METRO sur MSN - Très difficile à copier/coller , je le laisse comme on a bien voulu me laisser passer çà.

Une bonne nouvelle sanitaire: l’épidémie de grippe touche à sa fin. Entre le 16 et 22 mars 2020, 678 personnes pour 100.000 habitants ont consulté un généraliste en raison de symptômes grippaux. Seul un faible pourcentage des échantillons testés s’est révélé positif pour la grippe.

 

Si les symptômes grippaux (température élevée, toux, écoulement nasal, mal de gorge, maux de tête, douleurs musculaires, fatigue, etc.) ont augmenté, c’est en réalité le coronavirus qui est en cause. «Cette augmentation a lieu dans toutes les tranches d’âge en Flandre, sauf chez les enfants de 5 à 14 ans. Cette augmentation est liée à un nombre croissant de cas de Covid-19 dans notre pays», précise Sciensano. Le nombre de cas testés positifs à la grippe est bel et bien en baisse, et la fin de l’épidémie est en vue.

Soulager le système de soins

Cela n’a pas de lien directe avec l’épidémie de coronavirus. C’est tout de même une bonne nouvelle, puisque le risque de contracter les deux maladies à la fois sera désormais fortement réduit. C’est également une bonne nouvelle pour les médecins, qui n’auront plus à traiter ce problème pendant quelques mois.

L’article Bonne nouvelle : l’épidémie de grippe touche à sa fin est apparu en premier sur Metro.

SUR LE SITE DU JOURNAL METRO du 26 mars 2020, copié collé du texte

Une bonne nouvelle sanitaire: l’épidémie de grippe touche à sa fin. Entre le 16 et 22 mars 2020, 678 personnes pour 100.000 habitants ont consulté un généraliste en raison de symptômes grippaux. Seul un faible pourcentage des échantillons testés s’est révélé positif pour la grippe.

Si les symptômes grippaux (température élevée, toux, écoulement nasal, mal de gorge, maux de tête, douleurs musculaires, fatigue, etc.) ont augmenté, c’est en réalité le coronavirus qui est en cause. «Cette augmentation a lieu dans toutes les tranches d’âge en Flandre, sauf chez les enfants de 5 à 14 ans. Cette augmentation est liée à un nombre croissant de cas de Covid-19 dans notre pays», précise Sciensano. Le nombre de cas testés positifs à la grippe est bel et bien en baisse, et la fin de l’épidémie est en vue.

Cela n’a pas de lien directe avec l’épidémie de coronavirus. C’est tout de même une bonne nouvelle, puisque le risque de contracter les deux maladies à la fois sera désormais fortement réduit. C’est également une bonne nouvelle pour les médecins, qui n’auront plus à traiter ce problème pendant quelques mois

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 06/05/2020