La Meuse 2 février 2021

Monarchie d'Yeu

Le roi Philippe entre deux feux à l’île d’Yeu!

Une maison à... restaurer!

Par Pierre Nizet

Journaliste Rédaction générale et chef d’édition de la Capitale Brabant wallon| Publié le 1/02/2021 à 18:28

Le roi Philippe a acheté, en 2019, une demeure à rénover de 200 m2 sur l’île d’Yeu, près de la pointe du But. Le problème, c’est l’annexe qu’il veut faire construire pour ses gardes du corps. Le Roi, pointe le Palais, a pourtant tout fait dans les règles. Explications.

Entre le roi Philippe et l’île d’Yeu, c’est une histoire d’amour qui remonte au moins à l’été 2009. Durant plus de dix ans, il a loué une maison avec sa famille à un propriétaire belge, du côté de la pointe de la Sablière, au sud-est de l’île éloignée de 18 km des côtes vendéennes. Le 29 janvier, nos confrères d’Ouest France ont révélé que le souverain avait acheté une demeure, en 2019. Elle est située de l’autre côté de l’île, au nord-ouest, près de la pointe du But. Une maison qu’il compte faire rénover par des architectes du coin. Rien de spécial jusque-là si ce n’est que le Roi se trouve entre deux feux. D’un côté, il y a la mairie qui a accepté les deux permis de construire qu’il a introduits en mars et en août 2020. De l’autre, il y a le chef de file de l’opposition, Patrice Bernard qui est à la tête de la formation « M’Yeu Ensemble ». Lors du dernier conseil municipal, ce boucher de profession n’a pas digéré que ce chef d’État ait eu, estime-t-il, un « passe-droit ». Il l’a dit au maire, Bruno Noury.

La vue depuis la route passant devant la maison.

La vue depuis la route passant devant la maison.

« Lors du conseil municipal du 26 janvier, nous avons posé la question à Monsieur le Maire sur un permis délivré en août 2020 pour la construction en zone naturelle d’une « annexe » d’un peu plus de 40m², ce qui est rigoureusement interdit par le Plan Local d’Urbanisme de l’Île d’Yeu. Embarrassé, le Maire a avoué être au courant de ce permis, mais qu’il n’était pas responsable, ayant agi sur ordre direct du Préfet qui lui a intimé l’ordre d’accorder ce permis illégal ». « Illégal », avance-t-il, car on ne peut pas dépasser les 30m2. Il fait remarquer que ce permis est établi au nom de M. et Mme Philippe Legrand. L’un des noms utilisés par le Roi quand il ne veut pas être reconnu. « Suffit-il d’être une « Majesté » pour transgresser la Loi et bétonner librement notre patrimoine naturel avec la complicité des autorités ? », demande le conseiller municipal.

Une exception pour la sécurité

Nous nous tournons, non pas vers le Roi mais vers le Palais royal. Qui confirme. « Le Roi a bel et bien acheté une vieille demeure de 200 m2 bâtie sur un terrain d’une septantaine d’ares. Maison qu’il va rénover. Il veut construire une annexe le long de la route pour héberger le système de sécurité et les gardes du corps. Pour cela, il a introduit un permis de construire en respectant tous les délais et la mairie l’a octroyé ». La raison de cet octroi est précisée par la préfecture de Vendée, dans le journal de l’île d’Yeu qui s’appelle, et ce n’est pas une blague, le « Sans-Culotte 85 ». On y confirme que la préfecture a bel et bien eu des échanges avec le maire de l’île d’Yeu à ce sujet, mais uniquement « pour faire appliquer le régime d’exception prévu dans le Plan Local d’Urbanisme ».

Philippe adore cette île.

Qui autorise, même s’il s’agit d’une zone protégée, la construction « d’équipements collectifs d’intérêt général ». Dans ce cas, l’exception est liée à un motif de sécurité. Cela ne calme visiblement pas le courroux du boucher : « À des gens qui y habitent en permanence, on a parfois refusé la construction d’un simple garage. C’est scandaleux ! ».

Pierre Nizet

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !