LaLibre 2 avril 2021

Un texte rédigé par un étudiant, après le "boum" au Bois de la Cambre

Une opinion de Thomas ROBIN, étudiant à Bruxelles.

Je ne sais pas qui de l'État ou de la jeunesse est sorti vainqueur de l'affrontement de ce jeudi 1er avril, si tant est qu'il y en ait eu un. Les perdants de cette débacle sont eux bien plus faciles à déterminer: ce sont tous ceux qui n'y étaient pas. Contrairement à ce qu'affirme l'adage, les absents n'ont pas toujours tort, mais ici, comme souvent depuis le début de la crise et de ce genre d'événements, ils subissent régulièrement les conséquences du tort des autres.

Je ne sais pas quel impact ce rassemblement aura sur l'épidémie. Peut-être aucun, et c'est tout ce que l'on peut souhaiter à ces gens et surtout à tous ceux – parents, grands-parents – qu'ils pourraient contaminer. Mais le gouvernement, qui semble ne plus avoir d'autre logiciel que l'interdiction et la répression, n'attendra pas de voir quel effet cette petite blague du premier avril aura pour décider de nouvelles mesures. Au mieux, tout ça nous aura laissé avec un Bois de la Cambre immonde et plein de déchets. Au pire, il y aura là prétexte aux prochain couvre-feu avancé, au prochaines restrictions, au prochain confinement.

Car oui, tout a commencé par une blague, un poisson d'avril qui n'en était pas vraiment un. Pourtant il y avait presque de quoi rire à voir les forces de l'ordre prendre d'assaut sur la plaine du Bois de la Cambre, à pied et à cheval, toute cette foule un peu trop fêtarde et insouciante. Comme une mauvaise reconstitution de la bataille de Waterloo. Une touche d'absurde qui nous rappelle peut-être finalement que tout cela s'est bien déroulé en Belgique.

Pourtant il est difficile d'y croire quand on constate que l'État semble désormais ne pas avoir d'autre choix que de surveiller par hélicoptère une jeunesse à qui tout ou presque est interdit depuis un an. On manquerait presque de superlatifs pour qualifier la réaction qu'a suscitée ce rassemblement improvisé. Qui aurait cru qu'un tel dispositif médiatique et sécuritaire serait un jour déployé pour un après-midi festif et ensoleillé au parc?

L'expression prête peut-être à sourire pour un regroupement de quelques milliers de personnes en temps de pandémie. Je ne dis pas que ces gens avaient raison de se réunir ainsi. Au contraire. Un peu de bon sens suffit pour comprendre que c'est au mieux inconscient, au pire irresponsable de leur part. Certains voudraient faire croire à un réel moment de subversion et de contestation, une sorte de manifestation de toute la défiance que suscite chez les jeunes un gouvernement complètement dépassé par la situation. Mais cela saute honnêtement moins aux yeux que l'égoïsme irréfléchi et l'incivilité générale dont peut témoigner l'état dans lequel la pelouse du parc a été laissée. À quoi tout cela nous aura-t-il avancé? À rien. Rien du tout.

Mais il est aussi effrayant de constater qu'une partie non-négligeable de la population (du moins, dans ce cas-ci, de la jeunesse) semble de plus en plus incapable du moindre bon sens, compromis, ou sacrifice pour le bien commun, que de se rendre compte que l'État n'y réfléchit même pas à deux fois quand il s'agit de charger un rassemblement complètement pacifique de jeunes en manque de vie sociale.

Faut-il rappeler que, depuis le début de ce pseudo-confinement interminable, cette même pelouse du Bois de la Cambre accueille, dès lors que la météo s'y prête, des centaines de personnes profitant d'un des derniers loisirs qu'il leur reste: celui de prendre l'air et de profiter du beau temps et de la verdure? Et aussi indiscipliné ce groupe de personnes était-il concernant les fameuses mesures barrières, le danger qu'il posait n'était certainement pas à la mesure de l'arsenal répressif déployé.

Finalement, tout cela prête en fait plus à pleurer qu'à rire. Je suis triste de voir que tous ces gens de ma génération semblent incapables de mesurer la complexité de la situation. Je suis triste qu'ils soient incapables de renoncer à leurs privilèges, ne serait-ce par respect pour les morts, ou au moins par solidarité avec les soignants qui, eux, portent réellement depuis plus d'un an et sans rechigner le poids de toute notre insouciance, mais surtout de toute l'incapacité du gouvernement à contrôler la situation. Car le plus triste, c'est peut-être cela. C'est peut-être que le gouvernement semble voir sa jeunesse plus comme un ennemi que comme un allié, dans cette crise où la détresse, le désespoir et le ras-le-bol font chez elle bien plus de ravages que le virus.

Toutefois si le navire en est là aujourd'hui, c'est que son capitaine l'y a mené. Les dirigeants n'y sont donc sûrement pas pour rien dans le marasme général que nous traversons. Mais comment voulez-vous mener à bien votre bateau si les matelots ne coopèrent pas? Je ne veux accuser personne. La situation ne s'y prête pas: elle est bien trop complexe pour cela. J'espère simplement que plutôt que l'affrontement général, plutôt que la défiance permanente l'un envers l'autre, l'État comme la jeunesse, l'État comme la population parviendront chacun a trouver la voie du bon sens et à renouer avec le dialogue.

Il va falloir encore faire des efforts et trouver des compromis, et ce des deux côtés, si l'on veut un jour espérer sortir de cette crise, ou du moins la traverser plus paisiblement. Par dessus tout, il va falloir commencer à considérer la situation pour ce qu'elle est: insupportable pour beaucoup, mais surtout complexe et sans solution magique, si ce n'est la persévérance et la coopération de tous.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

REMI Daniel
  • 1. REMI Daniel | 02/04/2021
Monsieur Jacques CHEVALIER, bonjour. Je vous écris parce que j' en ai marre !!!!

J' en ai marre dans le réseau f.b. de lire des articles (des "post") me disant que pour contribuer à éradiquer les virus il faut se laver les mains souvent comme me l'ont appris feu mes parents pour des raisons d'hygiène mais pas comme le prévoyait le catéchisme des évêques de Belgique en 1960 :" il faut prier (v/s se laver les mains) souvent : le matin et le soir, avant et après les repas, en commençant un travail de quelque importance, dans les tentations et les dangers. J'y reviendrai.

J' en ai marre que dans cette circonstance je sois traité soit d'idiot irresponsable soit d' égoïste criminel.

J' en ai marre que, au départ récent de la Catalogne, pour revenir (en zone Schengen), dans mon pays, dans ma ville, ,,, chez moi, de devoir présenter un certificat PCR, une déclaration sur l'honneur, . . . Je pense que mon père en 1945, après cinq ans dans un camp à Stettin, y aurait fait venir ma mère.
J' ai entendu dire que toute l' Europe continentale était au même niveau rouge de contamination. Mais on va bientôt - ais je également entendu dire - réintroduire la contamination par les "mutants" et les asymptomatiques. Et là, ce sera la fin injustifiée scientifiquement de Schengen, de l'Europe continentale, de la libre circulation.

J' en ai marre de me faire traiter d 'anarchiste au long couteau quand j'exprime cette crainte.

J' en ai marre de constater en Catalogne que les restaurants (y compris à l' intérieur) sont ouverts aux trois moments des repas par exemple de13h. à 15h.30. J' ai entendu dire par un client à ma table que les chercheurs avaient constaté que de 13h. à 15h.30,les virus émettaient moins de chaleur et ils en avaient conclus qu' ils étaient en sommeil. Mais à 12h.55 ils bougent toujours d' où interdiction de s'asseoir à cette heure là (un peu comme nous si on est en distanciation socialo - catholico - physique de 1, 45 m.). Mon convive était un humoriste; rentré en Belgique je n'en ai pas retrouvé.

J' en ai marre d' entendre qu' une bulle de quatre est plus sécurisante qu' une bulle de dix (car 4 est inférieur à 10) et qu' à part cette logique, aucune étude épidémiologique ne peut valider.

J' en ai marre de constater que l' épistémologie est un science sans expérimentation possible (ou tentée exemple : au bois de la cambre, combien de transmissions ? L' essentiel sera traité dans les 20 jours dans des hôpitaux bruxellois. Pourquoi ne pas demander si ces patients étaient à La Cambre ou ont fréquenté quelque un qui y était pour voir l' incidence de la suppression de la distanciation physique et de l'absence de masque)

J' en ai marre d' entendre ces experts ne pas profiter des expériences toute faites comme ci dessus ou de
l' augmentation brusque des taux à Anvers et en même temps à Bruxelles il y a six mois pour pouvoir éventuellement répondre aux questions : troisième vague ou pas, pourquoi augmentation, pourquoi diminution (sans culpabiliser ou féliciter la population pour sa bonne observation de règles comme ci dessus irrationnelles, contradictoires et venant des sentiments des experts).

J' en ai marre d' entendre ces experts ne jamais dire qu' ils ignorent, de toujours avoir une solution pour autant que le politique les suivent aveuglément et la population obéisse scrupuleusement aux décrets genre ci dessus. Un dernier exemple : le virus se propage par voie aérienne d'' où le masque et la distanciation dès lors pourquoi se désinfecter les mains, les clinches de portes, . . .?

J' en ai marre si je me lave souvent les mains d'être qualifié de soumis, d' obéissant à n' importe qui, d' enc... et si je ne le fais pas d' être traité d' irresponsable et de criminel alors que rien ne justifie scientifiquement l'un ou l'autre.

Je souhaite que dans l'incertitude et jusqu' à nouvelle information notre oxymore de "réalité virtuelle" ne comprenne plus ces insultes.
,
REMI Daniel
  • 2. REMI Daniel | 02/04/2021
Monsieur Jacques CHEVALIER, bonjour. Je vous écris parce que j' en ai marre !!!! J' en ai marre dans le réseau f.b. de lire des articles (des "post") me disant que pour contribuer à éradiquer les virus il faut se laver les mains souvent comme me l'ont appris feu mes parents pour des raisons d'hygiène mais pas comme le prévoyait le catéchisme des évêques de Belgique en 1960 :" il faut prier (se laver les mains souvent) : le matin et le soir, avant et après les repas, en commençant un travail de quelque importance, dans les tentations et les dangers. J'y reviendrai.
J' en ai marre que dans cette circonstance je sois traité soit d'idiot irresponsable soi d'égoïste criminel. J' en ai marre si, au départ de la Catalogne, pour revenir en Belgique, à Liège
chez moi ag couteau si de me faire traiter d 'anarchiste au lonpour revenir en Belgique, à Liège
chez moi ag couteau si

Ajouter un commentaire