Communisme

La colère n'est pas le monopole du PTB-PVDA

« La colère grandit. La colère, contre les politiciens qui se regardent le nombril plutôt que de s’occuper des besoins sociaux. La colère, contre les politiciens qui veulent diviser le pays au lieu de travailler ensemble.
La solution, c’est de prendre le signal social des électeurs au sérieux : des pensions dignes, des soins de santé accessibles, faire payer les riches et les multinationales. La solution, c’est plus de coopération et moins de privilèges pour l’élite »

Ces mots sont de Peter Mertens, Président du PTB-PVDA aux "voeux du parti pour l'année 2020" le 17 janvier à Anvers.

Le PTB-PVDA organise donc une marche de la colère le dimanche 1er mars 2020 à Bruxelles, ses militants mobilisent un maximum de leurs membres et sympathisants pour faitre bonne figure ce jour-là. Dans une interview au Journal La Meuse du 22 février Raoul Hedebouw annonce un chiffre escompté de manifestants de l'ordre du 5.000 personnes (soit un quart des membres revendiqués par le grand Parti des Travailleurs de Belgique), ce qui est, pour le moins assez étrange, on aurait pensé une plus forte mobilisation interne. 

Les chiffres et le PTB ne font pas toujours bon ménage.

Personnellement, comme je ne suis pas membre du PTB et que cette manifestation semble être un produit non partagé je me disais que je n'irais pas d'autant plus avec mes douleurs aux jambes et pieds d'autant que c'est une marche d'environ 4 kilomètres. Au fil des semaines et via notamment Facebook on voit que nombre de personnes de la gauche radicale mais aussi des citoyens, des gilets jaunes, appellent à manifester - eux aussi - aux côtés du PTB et même s'ils n'ont pas d'appels spécifiques, on peut être sûr qu'il y aura beaucoup de gens non cartés au PTB le 1er mars à Bruxelles.

J'ai plusieurs amis, camarades du Parti Communiste, qui seront présents avec leurs drapeaux, plein d'amies et amis des gilets jaunes en gilets et surtout des femmes et des hommes en colère qui votent ou non pour le PTB sans en être et qui attendent de ce parti pour lequel elles et ils ont voté plus que des grands discours, plus d'efficacité... Et le discours de Peter Mertens cité plus haut n'est guère en phase avec cet esprit-là.

Je m'explique : ce texte n'est pas révolutionnaire, il est digne de la social-démocratie, il ne dit pas qui est l'ennemi : le capitalisme. Il ne propose que des adaptations au système, des contributions plus importantes des riches et le maintien d'une élite avec un peu moins de privilèges. C'est vraiment nul comme texte. Cela ne donne pas enve d'épouser les thèmes de campagne de ce parti qui, on le remarque, lorgne de plus en plus sur le pouvoir. Vise à être incontournable pour un futur gouvernement dont il prétend faussement demander la suppression.

Il faut que le PTB sache qu'il reste pour beaucoup de gens le choix électoral par défaut mais qu'il ne fait plus rêver les gens, même avec un tribun comme Raoul, rien à faire il n'atteindra jamais la botte de Mélenchon. Je voterai pour lui quand même, même s'il m'a écarté de sa liste d'amis sur Facebook.

Sélectionnez et copiez mon article ou bien utilisez l'adresse URL dans votre navigateur pour partager cet article de mon blog, n'hésitez pas à apporter vos commentaires même si mon site n'est pas lu comme peut l'être Facebook. Je vous en remercie d'avance et vous donne rendez-vous devant la Gare Centrale à BXL le dimanche 1er mars à 13 h 15, je serai avec mon gilet jaune de la Fédération des Résistances. Au plaisir de nous rencontrer et d'exprimer notre colère librement. Jacques CHEVALIER, Citoyen Résistant.

53435328 646572612437902 4098897632301154304 n

Les élections à Oupeye... le PTB en hausse !

Par rapport aux élections comparables de 2014 le PTB à Oupeye fait plus que doubler son score, c'est surtout par rapport aux élections communales d'octobre 2018 que je me suis basé pour estimer le nouveau bond en avant de ce parti et le recul des autres à l'exception des écologistes même si - pour eux - la différence à calculer est peu évidente puisque les ECOLO et le MR formaient liste commune aux élections communales d'octobre 2018.

Les différences sont aussi provoquées par le fait qu'il y avait peu de partis aux communales mais beaucoup plus aux législatives et que ces partis ont récupéré une partie des voix de toutes les listes de 2018.

On trouvera donc ci-dessous les nombres de voix obtenues par les partis d'abord aux communales de 2018 puis aux fédérales et enfin aux régionales des élections de 2019. Je ne mets pas les pourcentages : 

Bulletins valables : 15197 - 14605 - 14518

PS :   6293 - 4156 - 4245

PTB : 2174 - 3120 - 2867

MR-ECOLO : 2885 (en 2018)

MR : ------ - 2364 - 2359

ECOLO : ----- - 1474 - 1486

CDH : 2868 - 1177 - 1391

PP :   977 - 708 - 737

Pas présents en 18 :

DEFI :  524 - 318

Destexhe : 229 - 263

Belges d'Abord : 237 (uniquement Chambre)

DierAnimal : 186 - 225

Collectif Citoyen : 131 - 129

La Droite : 85 (uniquement Chambre)

Vlaams Belang : 80 (uniquement Chambre)

Wallonie Insoumise : 67 - 137

Nation : 57 - 89

Demain : 66 (uniquement Région)

Gauche d'Ouverture

Billet d'humeur du 16 juillet 2018 à propos du PTB

Le PTB... la courbe descendante !

Loin de moi l'idée de dénigrer à trois mois du scrutin le parti pour lequel je continue d'appeler mes amis à voter.

Un simple constat, celui implacable des sondages (qui se raréfient - comme c'est curieux - depuis quelques mois. Le PTB y a progressé de manière fulgurante, essentiellement au détriment du PS en Wallonie et à Bruxelles, c'était très inquiétant pour le Parti Socialiste et nombreux furent leurs militants à écoper l'eau qui prenait de toutes part l'assaut de la coque du vieux rafiot, tant et si bien que le PS a remonté la pente sauf à Seraing où les aventures du fiston de Guy continuent de gangréner les assises du parti presqu'unique depuis un siècle.

Le PTB a bénéficié de sondages globaux, sur la perspective des élections législatives du style "si on votait maintenant combien de députés se joindraient à Raoul et Marco au Parlement ?", mais le stuut est que le 14 octobre ce sont les communales et les provinciales et si le PTB est bien organisé au niveau fédéral il l'est moins au niveau local et ne sera pas en mesure de présenter des listes partout, loin de là ! Pas en mesure de présenter des listes complètes non plus dans la plupart des "nouvelles" communes où le parti sera présent.

Là, je l'ai déjà dit, c'est le fruit pourri d'une erreur de jugement des stratèges du PTB, ils auraient du continuer la démarche d'ouverture au lieu d'en profiter en 2014 puis jeter le GO aux poubelles de l'Histoire. Résultat l'extrême gauche, et même le PC à quelques endroits, n'appellent plus à soutenir le PTB, pire encore, un peu partout des listes alternatives, citoyennes ou d'alliances, avec les écolos notamment, vont mordre sur l'électorat escompté du PTB.

L'effet Raoul s'étiole petit à petit, cela se voit rien que par la presse, fini le temps où les journalistes venaient dans les couloirs du parlement filmer l'avis de Raoul surtout, l'invitaient sur les plateaux TV y compris pour des jeux, en Flandre, l'heure de grâce n'a eu qu'un temps, peu à peu on va voir revenir les vieilles rengaines de l'anti-communiste primaire, la Corée du Nord, et même les démissions de militants du Parti s'en allant vers des partis leur promettant plus dans la gamelle, même... je suis sûr qu'on va ressortir l'histoire des timbres du Parlement Wallon pour saper le leader du PTB de Verviers, qui - soiit dit en passant - est vrailment un type bien.

Le PTB est à peu près sûr de monter fort à Seraing, ce l'est moins à Liège et Herstal et encore moins dans les autres communes, dont la mienne à Oupeye où on ne voit plus les militants qui se raréfient dans l'action, qui présenteront une liste incomplète avec des braves gens sympas dessus, je voterai pour eux mais je ne m'attend pas à une percée, j'espère me tromper. De toutes façons du fait qu'il ne sera pas présent partout, les électeurs potentiels de Juprelle (la commune à côté de chez moi, ou Bassenge)... là les gens qui ont voté PTB, ils étaient nombreux, la plupart travailleurs des secteurs de pointe entretenus par le PTB, ces gens-là ne voteront pas PTB, le feront-ils pour la Province ? Rien n'est moins sûr. Comment le PTB va-il-faire savoir à ses électeurs potentiels là où il n'a pas de section présentant une liste que le PTB existe quand même au niveau provincial.

Quand les médias établiront le soir des élections leurs tableaux de taux de progression/perte et qu'ils les baseront sur les élections de 2014 on risque déjà d'avoir de mauvaises surprises, idem par rapport aux sondages et idem dans la répartition escomptée des sièges aux législatives de 19 par rapport aux scores de 2018. les médias s'y entendent pour mélanger les pommes et les poires , en oubliant les dates et les dimensions des pots de sirop !

On ne refait pas en trois mois ce qu'on a pas voulu faire depuis avant même les élections de 2014 je suis un peu, que dis-je : beaucoup, déçu par la stratégie du PTB qui va se planter et tromper ses membres de base. Voila pourquoi j'ai toujours refusé d'y adhérer même si je continue, y compris financièrement (10 euros par mois, ce qui est plus que la coti de base des membres qui reçoivent en prime Solidaire, le journal du PTB). Le site que j'ai monté (Viva PTB) compte une dizaine de membres dont 5 proches du PTB, 2 du PC et le reste de citoyen(ne)s, je ne sais pas si je vais le maintenir jusqu'au législatives de 2019, c'est aussi une question financière, c'est moi qui le paye, c'est aussi un peu ma liberté d'action et d'écriture, c'est plus facile quand on a du fric derrière soi... Certains se réjouiront de le voir disparaître, je sais. Mais qu'ils ne m'enterrent pas tout de suite, j'ai encore de nombreuses flèches dans mon carquois.

Un billet d'humeur écrit d'abord sur mon site perso puis retransmis en page de garde de Viva PTB et ensuite via Facebook.

Ecrit à Houtain-Saint-Siméon le lundi 16 juillet 2018 vers 10 h du matin.