Le site de Jacques Chevalier

LE BLOG

Le blog de Jacques Chevalier

Image 1

Tout le monde peut faire des commentaires pour chaque article.

Mon blog n'est pas écrit que par moi, il peut aussi contenir des articles des membres de mon site.

-------------------------------------------------------------------------------------------

Pour émettre vos commentaires sur tel ou tel article, cliquez sur son titre, vous aboutirez à la page de cet article avec, en bas, un formulaire pour rédiger votre commentaire.

 

  • 1 million de râleurs gratuits

    Oip

    Si ,comme aux dernières élections, il y aura près (voire plus) d'un million d'abstentionnistes non justifiés en Belgique, cela m'interpelle...Et vous ?

    C'est vrai que même si le vote est obligatoire, l'abstention injustifiée est rarement sanctionnée, seuls quelques assesseurs absents risquent de payer effectivement une amende de 250 euros, çà dépend des arrondissements et on ne sait pourquoi exactement.

    Ansi donc on peut s'attendre à 1 million (à la grosse louche) de belges qui n'iront pas voter, trouveront con de se déplacer un dimanche pour çà. D'autant plus que depuis un certain temps, même il y a bien longtemps, je ne sais pas quand la dernière fois qu'on a appliqué la Loi, ce qui pour les élections à venir il y a pour les fautifs une amende de 40 à 80 euros . A noter que si la Loi n'st pas encore appliquée cette année cela fera(it) entre 40 et 80 millions d'euros qui n'iront pas dans la caisse de l'Etat.

    On me dira que c'est une somme ridicule, difficile et coûteuse à percevoir, pourtant il me semble que le produit des amendes pourrait payer l'organisation des élections, on donnerait par exemple un peu plus que les ridicules 25 euros prévus aux assesseurs. Ce serait plus motivant pour eux il me semble. C'est une idée comme un autre.

    Ne pas aller voter et râler sur les gouvernements qui s'en suivent, pour moi cela n'a pas de sens. Voter c'est en droit qu'il a fallu des dizaines d'années à conquérir, surtout pour les femmes trois après la seconde guerre mondiale.

    Perso je défendrai jusqu'à ma mort le principe du vote obligatoire même si je sais que le découpage en arrondissements électoraux pour les élections fédérales et régionales ne favorrise pas la proportionnelle selon où on est domicilié(e).

    Bon il me faudra, comme à chaque fois depuis que je suis sur Facebook, vous indiquer mes intentions de vote, je le ferai le 7 ou le 8 juin. Pour le moment ce qui compte pour moi est de conseiller à tous mes amis, qu'ils soient sur Facebook ou non, d'aller voter le 9 juin (En Belgique pour les Belges, en France pour les Français...etc.)

    Voila j'espère lire vos commentaires ici ou sur FB !

  • QeR ?

    QeR ?

    Qui est riche en Belgique ?

    A partir de quel montant annuel de ressources ?

    Qui fait partie de la "classe moyenne", à partir de quel montant on y est et jusqu'au plus (avant d'être "riche") ?

    La taxe des millionnaires, slogan du PTB depuis 2009, établissait la fortune taxable en plus que la normale à des "revenus" dès 1 million d'euros par an. A la veille des élections du 9 juin 2024 le PTB monte à 5 millions le seuil à partir du quel on est considéré comme riche et devant payer une taxe supplémentaire de 2 % (3 % pour les fortunes de plus de 10 millions. Est-ce dire que la classe moyenne a bénéficié jusqu'5 fois plus de moyens d'existence.ut aussi savoir - vu dans le programme du PTB - que 41 familles belges détiennent chacune au moins un milliard d'euros, là ce sont les vraiment super-riches.

    Donc la classe dite "moyenne" en revenus s'est élargie de moins de 1 millions d'euros à 5 millions en 15 ans.

    Est-ce dire alors que la classe moyenne a bénéficié jusqu'5 fois plus de moyens d'existence.

    Et les pauvres de 2009, ceux qui se situaient à l'inverse de ceux riches et leur premier million, et donc moins que la classe moyenne auraient-ils pu pouvoir vivre avec 5 fois plus de revenus ?

    En 2009, en tant qu'employé, vivant seul, bas de gamme je touchais en net environ 19.000 € par an sans être propriétaire et n'ayant pas d'économies. En 2024 je devrais donc toucher au moins 5 fois ce que j'avais en 2009 soit : 90..000 euros par an.

    Or en 2024 nous touchons pour mon épouse et moi (avec en prime son allocation de handicapée) un total de 2500  euros par mois ce qui fait environ 30.000 euros par an. Cela fait un différentiel sur ce qui est dit plus haut de 60.00 euros/an non perçus tout cela en net.

    Par rapport au RIS ou au "seuil de pauvreté" nous nous situons juste un peu au dessus, on peut dire pourtant que nous faisons partie des personnes de la classe moyenne les plus faibles. Je reconnais que nous ne sommes pas très taxés (vu que c'est pour deux personnes dont une fortement handicapée).

    Alors comment est-on de "la classe moyenne" quand on possède 999.999 euros et moins par an ?

    De dirais même plus quand le maximum envisagé par le PTB pour la "classe moyenne" est de 5 millions/an avant de passer à la taxatuon des riches.

    Qui voudra bien éclairer ma lanterne et débattre avec moi sur le sujet ?

    Jacques CHEVALIER

  • Blog à Jak 8 avril 2024

    OUPEYE ! LE MYSTERE ENFIN ECLAIRCI !

    Depuis la publication par le PTB régional liégeois les Oupeyens pouvaient voir que Kevin Tihon, présenté en janvier 2024 comme 4 ème effectif à la région, et Laure Lekane, députée régionale, tous deux conseillers communaux à Oupeye n'appareissaient plus sur la grille de départ du PTB pour les écections du 9 juin 2024.

    Ce lundi 8 avril un article publié dans la Meuse (voir ci dessous, cliquez dessus pour le voir + grand) on découvre le comment du pourquoi et inversément ainsi que les noms des Oupeyens titulaires et suppléants du PTB pour le 9 juin :

    File0106

    Lire la suite

  • Blog à Jak 7 avril 2024

    WOKISME ET/OU POPULISME ?  C'EST LA QUESTION !

    Hier dans le journal La Meuse il y avait un gros titre à la une :

    Pict0012 1

    Moi cela m'a interpellé, j'avais déjà entendu le mot Wokisme mais j'ignorais ce qu'il voulait dire, comme je pense la plupart des lecteurs de La Meuse et même des anciens électeurs de mon ex-"camarade" Bernard Wesphael. Alors je me suis pencché sur Google et j'ai trouvé ceci...

    C’est quoi, le wokisme ?

    Apparu en français en 2015, le mot wokisme désigne de manière péjorative un courant de pensée, une idéologie, qui se veut progressiste, qui lutte pour une certaine conception de la justice sociale, à travers la défense de diverses causes. Mais la réalité même de ce courant de pensée est discutable, tant le mot wokisme est employé à tout-va, à la manière d’un épouvantail, pour discréditer des adversaires supposés.

    Ce mot, synonyme de culture woke (calqué sur l’expression anglaise équivalente), est en effet employé par les adversaires de ce courant de pensée : personne ne se revendique wokiste. C’est une arme de propagande, servant à mettre hors jeu les personnes souhaitant débattre de thèmes relatifs aux inégalités.

    On englobe dans la notion flottante de wokisme plusieurs luttes sociales autour de questions d’égalité, de justice, de défense des minorités : lutte contre le racisme, contre le sexisme, pour les droits des LGBT+ et de diverses minorités. Certains modes d’action discutables, comme la censure, la réévaluation du passé avec le point de vue d’aujourd’hui (cancel culture), les campagnes de harcèlement en ligne, ont d’abord été mis en lumière pour critiquer ces luttes ; après quoi la critique du wokisme s’est déportée de cela pour devenir une critique des idées progressistes en général, ancrées à gauche.

    D’où vient le mot wokisme ?

    Le mot wokisme est formé à partir du mot woke et du suffixe -isme, qui sert dans certains cas à former des mots péjoratifs. Woke, mot emprunté à l’anglais au milieu des années 2010, désigne une personne ayant conscience des inégalités sociales et luttant pour un monde plus juste. Ce mot, qui sert toujours d’étendard pour les personnes qui se reconnaissent dedans, acquiert progressivement une connotation péjorative depuis la fin des années 2010.

    En anglais, le mot woke, participe passé du verbe to wake (« (s’)éveiller »), veut dire littéralement « éveillé » et par extension « conscient ». Dans l’argot des Africains-Américains, il a pris le sens spécifique de « lucide face aux problèmes sociaux que rencontrent les Noirs ».

    La formule stay woke, qui signifie littéralement « reste(r) éveillé », a été popularisée en 2013 lors du mouvement Black Lives Matter, mais aussi via une chanson de Erykah Badu sortie en 2008, dans laquelle elle répète « I stay woke » (« je reste vigilante, je reste lucide »).

    En anglais, l’emploi du terme s’est ensuite étendu à d’autres thématiques que les questions raciales, comme le harcèlement sexuel, l’immigration, l’identité de genre. Ce mot a acquis en anglais une teinte péjorative lorsqu’il a été repris par les militants de Donald Trump, pour dénigrer le camp d’en face.

     

    Bon on est bien avancé, je comprends cela à ma sauce : je suis un vilain wokiste comme j'étais déjà un populiste en votant pour le PTB. Mes idées sont "de gauche" mais on m'envoit en miroir une photographie péjorative.

    Dans le cas de l'interview de Bernard je crois comprendre que tant ECOLO que lui ont des bonnes idées "de gauche" mais celles défendues par Ecolo seraient, si je comprends bien, négatives. Mais au fait, il se situe où le Nanard dans tout ce tric-trac sémantique ?

    Lire la suite

  • BLANCO OU DEMAGO ?

    Article du VIF du 12 mars 24 :

    Elections 2024 : Blanco, parti des abstentionnistes, présente 11 listes pour la Chambre

    12 mars 2024 

    Par Jean-François Noulet, avec L. Henrard et Belga

     

    Blanco, c’est le nom de ce nouveau parti qui a présenté ses listes ce mardi. Blanco a réussi son pari de présenter une liste de candidats dans chacune des 11 circonscriptions électorales, pour les élections à la Chambre en juin prochain.

    Ce parti entend représenter ceux qui seraient tentés de voter blanc, de voter nul ou de s’abstenir. En 2019, lors des dernières élections législatives, quasi un électeur sur cinq (17%) était dans ces conditions, soit 1.4 millions d’électeurs.

    Objectif du parti, décrocher un siège pour représenter ces électeurs. "L’idée, c’est de les représenter cinq années durant […] et surtout de travailler sur une modification de la loi électorale de la Constitution pour non plus, en 2029, devoir voter à nouveau pour le parti Blanco, mais pour une nouvelle option de vote qui est le siège non attribué", explique Laurent Ryckaert, du parti Blanco. Car le seul point au programme de ce parti, c’est de modifier la Constitution pour que le vote blanc soit valable et reconnu. "Donc à côté des partis, à côté de l’option vote blanc, nous voulons l’option du siège non attribué qui remplacera de facto le parti Blanco", poursuit Laurent Ryckaert. Si la Constitution était modifiée en ce sens, le parti Blanco n’aurait plus de raison d’exister. "Ce parti Blanco sera dissous, n’existera plus au moment où nous obtiendrons l’adhésion des partis en place", poursuit Laurent Ryckaert.

    Verra-t-on un jour dans l’hémicycle de la Chambre autant des sièges de députés vides représentant les électeurs abstentionnistes ou ayant voté blanc ? En attendant cette éventualité, les députés qui seraient élus sur les listes Blanco pour la prochaine législature se croiseront le plus souvent les bras. "Pour le reste du temps, nos élus qui seront présents à la Chambre s’abstiendront lors de tout sujet, lors de tout vote, que ce soit en commission, en plénière, ils ne témoigneront que l’abstention comme signe, comme le ferait un siège non attribué. Un siège vide ne va jamais appuyer pour ou contre, il ne peut que s’abstenir. Par contre, il existe bel et bien", explique Laurent Ryckaert.

    Selon ses fondateurs, l’idée du parti Blanco qui est née d’un compte Twitter et d’une page web, s’est transformée en rencontres à travers le pays en 2023 et a rencontré suffisamment de personnes intéressées pour inscrire 120 candidats sur des listes électorales dans les 11 circonscriptions pour la Chambre.

    Pour présenter ces listes, le parti a rassemblé des signatures dont celles de trois parlementaires sortants, Kristof Calvo et Barbara Creemers de Groen, et Nathalie Dewulf du Vlaams Belang.

    QUE PENSEZ-VOUS DE CETTE INFORMATION ?

    ALLEZ-VOUS VOTER POUR CE PARTI QUI N'EN N'EST PAS UN ? ECRIVEZ VOTRE AVIS EN COMMENTAIRES DE CE BLOG OU/ET SUR MA PAGE FACEBOOK. MERCI

  • 18 février 2024 ULB

    Annemie Schaus épingle la Vivaldi après avoir dû faire appel aux autorités pour évacuer de nombreux demandeurs d’asile du campus du Solbosch vendredi 16 février.

    Annemie Schaus épingle la Vivaldi après avoir dû faire appel aux autorités pour évacuer de nombreux demandeurs d’asile du campus du Solbosch vendredi 16 février.© Photo News (montage «Le Soir»).

    Monsieur le Premier ministre, Mesdames et Messieurs les Vice-premiers ministres, ministres et secrétaires d’Etat du gouvernement fédéral,

    Je vous sais très occupés, mais vous avez certainement lu dans la presse de ce qui s’est passé ce vendredi 16 février sur le campus du Solbosch de l’Université libre de Bruxelles : plus d’une centaine de demandeurs d’asile et membres du collectif « Stop crise accueil » ont décidé d’occuper unilatéralement un bâtiment de l’université.

    Oui, encore ces demandeurs d’asile… Ceux – je mets le masculin à dessein, car ce sont pour la plupart des hommes seuls – sur le sort desquels votre gouvernement a choisi de fermer les yeux, sous le prétexte qu’il n’y aurait pas assez de place pour les accueillir. Ceux que votre gouvernement maintient encore et toujours dans la rue malgré l’arrêt en référé du Conseil d’Etat qui vous ordonnait de suspendre immédiatement cette décision contraire à la loi.

    Vous qui siégez rue de la Loi, vous souvenez-vous de ce que signifie le nom de cette artère ? Une artère vitale pour la démocratie… La Loi que vous vous êtes solennellement engagés à défendre, ainsi que la Constitution et les principes démocratiques.

    Dans quels pays voit-on un gouvernement s’asseoir sur ces principes ? Nier des milliers de décisions de justice qui vous rappellent vos obligations européennes et internationales ? Rester sourd aux appels de centaines d’académiques et de milliers de citoyennes et de citoyens qui se voient contraints d’assumer les responsabilités d’un Etat déficient ?

    En 2018, au parc Maximilien, des militants d’extrême droite sont venus provoquer les personnes qui défendaient les droits des migrants : « Si vous les aimez tant, ces migrants, accueillez-les chez vous ! » Ils avaient même publié des adresses privées, les avaient distribuées aux migrants en leur disant d’aller sonner à la porte de ces « belles âmes » pour voir si elles avaient le courage de leurs convictions. En fait, votre gouvernement ne se comporte pas autrement. En plus insidieux. Vous n’obéissez pas à la loi et, ce faisant, vous poussez les demandeurs d’asile et les associations qui les défendent de venir frapper à la porte, voire à la forcer, auprès de ceux qui ont à cœur de faire ce qu’il est possible pour les aider.

    L’ULB est en première ligne, de ce point de vue : au cœur de Bruxelles, animée par des valeurs qui devraient être les vôtres, notre université a, à plusieurs reprises, accueilli des centaines de demandeurs d’asile et leur a offert des soins et des services – toutes choses que, normalement, l’Etat doit assumer. Je rougis de devoir écrire une telle évidence : vous vous plaignez du manque de moyens dont vous souffrez… pensez-vous sérieusement que l’ULB est plus riche que l’Etat que vous gouvernez ? Mieux outillée ? Plus compétente ?

    Je suis outrée et blessée au plus profond de moi d’avoir dû, vendredi, appeler les autorités communales et la police pour libérer des bâtiments et les rendre à leur fonction première. « Le jour où le crime se pare des dépouilles de l’innocence, écrit Camus dans L’Homme révolté, par un curieux renversement qui est propre à notre temps, c’est l’innocence qui est sommée de fournir ses justifications. » En ne respectant pas les lois dont il doit être le garant, votre gouvernement est criminel. C’est la définition du crime : enfreindre la loi. Vous l’enfreignez tous les jours, et je dois, en tant que rectrice de l’ULB, aujourd’hui, me justifier. Expliquer à ma communauté, à ma fille, pourquoi j’ai dû faire évacuer des gens en détresse, alors que je me bats depuis toujours pour défendre leurs droits.

    L’extrême droite, par son talent à détourner le langage, a déjà réussi à faire des bénévoles qui se battent pour les migrants des « collaborateurs », et de ceux qui voudraient les refouler dans la mer des « résistants ». Vous lui prêtez main-forte, très forte. C’est l’ULB qu’on accuse aujourd’hui d’inhumanité, alors que la seule responsabilité incombe à votre gouvernement. Mais bien sûr, il ne serait pas possible pour les personnes que nous avons dû faire évacuer hier d’aller forcer les portes de celles et ceux qui soutiennent cette politique hors-la-loi.

    Monsieur le Premier ministre, Mesdames et Messieurs les membres du gouvernement, je sais que gouverner est difficile et que les urgences sont multiples, infinies presque. Mais votre gouvernement a mieux à faire que de donner des gages aux franges les plus extrémistes et nationalistes de notre pays. Relisez Montesquieu et quelques autres. Pensez un instant à Robert Badinter qui disait : « Le droit d’asile est l’honneur de la République ; quand elle manque au droit d’asile, elle se déshonore. » Et ne me répondez pas que nous ne sommes pas une République…

    Demain, avec toute la communauté universitaire, nous réfléchirons et trouverons les moyens d’aider au mieux les demandeurs d’asile, en attendant que vous respectiez vos obligations légales.

  • Elections 9 juin 2024 : pièges à cons ?

    Les élections sont-elles des "pièges à cons" ?

    La RTBF a commencé hier son feuilleton hebdomadaire qui tourne autour des prochaines élections (Européennes et législatives) du 9 juin 2024.

    Hier sur la Une, la soirée était construite sur un documentaire à base de micro-trottoirs à propos de la démocratie, socle des consultations populaires que sont les élections, expression des "attentes" des gens, de leur ressenti des partis et des hommes (et femmes) politiques élus et/ou candidats.

    On a pu voir dans le débat quatre représentants des partis francophones : MR, PS, Ecolos et Engagés, pas de représentants du PTB sans doute que du fait qu'il compte le même nombre délus au parlement Wallon que les Engagés il fallait choisir le quatrième à table et le hasard (?) a fait les choses ainsi.

    C'était aussi l'occasion de découvrir un nouveau parti : "BLANCO" qui veut présenter des listes tant au fédéral qu'au régional avec l'objectif de réunir les suffrages qualifiés de blancs et nuls (ç'est à dire des électeurs qui se présentent aux bureau de vote pour y renterr un "vote" dit de protestation) dont les voix non prises en compte car n'ayant pas d'élus, qui pourraient être à la proportionnelles de X mandats. Là déjà une grosse confusion puisque ses chiffres sur le total des bulletins donnant accès à la répartition des sièges se basent (pour 26 sièges !) sur le total des blancs, des nuls et du près d'un million d'abstentionnistes qui - pour nombre de raisons - ne vont pas aux urnes.

    Ce qui a l'air de faire peur aux gens c'est la perte de confiance dans tous les partis et le risqre majeur de renforcement des représentions des extrêmes : droite en Flandre avecc le Vlaamse Belang et la NVA, qualifiés de nationalistes flamands voulant en finir avec la Belgique et boutant les étrangers aux frontières. Gauche en Wallonie et à Bruxelles via le PTB qui ne veut pas de la scission de l'Etat Belge à la différence des Flamands VB et NVA (mais dans les partis dits démocatiques on ne le dit pas) mais qui serait contre la démocratie car "communiste". Le terme qui fait plus peur que "capitaliste" qui est le vrai danger mais dans lequel les nantis des pouvoirs depuis 1830 se complaisent comme autant de cochons dans leurs auges gavés à la sueur des petites gens juste utiles à perpétuer leur règne.

    On se réjouit de voir quels seront les panels des prochains QR le débat, combien de miettes ils laisseront aux citoyens qu'ils soient du PTB ou sans partis...

    Evidement il y a toujours le risque de voir monter l'extrême droite en Wallonie, c'est vrai qu'on ne le dit pas dans les médias mais il faut bien le citer sans pour autant en faire la promo, ces néo-fascistes sont en progression et leur dernier-né "Chez Nous" soutenu par les Lepen et autres fachos européens dont certains au pouvoir comme en Italie. Ce micro-parti risque bel et bien de compter quelques députés. Et le couvrir du "couvercle de la démocratie" ne fera jamais qu'augmenter sa pression.

    J'ai vu quelque part qu'en Flandre il y aurait un frère "ennemi" au Vlaams Belang, il se nommerait "Bij Ons" qui signifie "Chez Nous", ce petit groupe axerait plus son programme contre les étrangers, un peu comme Zeimour a fait en France. Le Belang pour avoir comme allié la NVA dans le projet de l'Etat Flandre modère sont attitude vis à vis des étrangers et Bij Ons sera le réceptacle des plus fascistes du Belang tout en offrant à celui-ci une vitrine plus "présentable".

    Vous voyez le danger ?

    Enfin on va me dire que je fabule, mais relisez mon post durant la campagne des élections du 9 juin, ce sera utile, je crois !

    Jacques Chevalier

  • 1 janvier 2024 - VOTER BLANCO ?

    1 janvier 2024 : BLANC C'EST BLANC, COMME NOIR C'EST NOIR !

    Cette année aux scruutins des européennes et législatives de juin en Belgique voterez-vous "Parti Blanco" ou blanc ou en rendant votre bulletin de vote invalide ou n'irez-vous pas voter ou voterez pour un parti autre que le "Parti Blanc" ? 

    Là je vous donne mon choix :

    - je voterai pour un parti en espérant qu'il prenne enfin ses responsabilités, vous avez compris c'est du PTB qu'il est question. J'ai fait exprès de ne pas poser ma question pour les communales d'octobre 2024 où je ne compte plus voter PTB car depuis 2018 ses deux élus (+ 1 trup souvent absent) n'ont pas produit grand chose sauf pour faire de la pub pour Manifiesta à Ostende. Je me souviens d'une pétition PTB à propos de la mobilté à Oupeye qui depuis 2018 n'a récolté que 43 signatures dont la mienne avant d'être gommée sur le net. Je sais bien que lorsqu'on est élu de parti dans l'opposition on a des difficultés à siéger dans les commissions communales et autre institutions para-communales et des intercommunales tout en continuant à exercer un boulot compatible avec la fonction d'élu communal. Je remarque de depuis deux ans (environ) les deux élus du PTB sont devenus des cadres à 100 % de leur parti et n'exercebrt plus leur profession initiale, même s'ils sont probablement mal payés vu les statuts de ce parti. Je n'ai pas compris pourquoi le PTB n'avait pas envoyé quelqu'un (pas besoin d'être élu là) à la Commission d'Aménagement du Territoire et de la Mobilité où j'ai siégé jusqu'au moment où ma santé m'a conduit à ne plus presque savoir me déplacer. J'en fais toujours partie même si je n'y suis plus physiquement, je reçois les PV de réunions et j'aimerai pouvoir à nouveau m'y rendre en 2024. Je n'ai pas été élu pour ce poste c'est en temps qu'habitant de la commune que je m'y suis inscrit, je suis (pour les votes) suppléant pour mon village de Houtain. A ma connaissance aucun des 20 et quelques membres de cette commission n'est membre ou proche du PTB. C'est navrant !

    Bon je reviens sur ma question initiale en vous donnant mon avis sur le nombre trop important de belges qui ne vont pas voter, 1 million et il faut aussi considérer les votes blancs et nuls. C'est vrai que ces personnes n'ont aucun pouvoir, aucune représentation dans les parlements et on sait que les votes blanc et nuls "vont"  dans le positif des plus gros partis, on peut dire la même chose pour la grande majorité de ces gens qui s'abstiennent d'aller voter parce qu'ils s'en foutent où traitent les élus de vendus et de pourris.

    Sur base de çà un mec (qui je suppose n'a pas voté pour un parti aux dernières élections a lancé un nouvea parti "blanco" sans le moindre programme exigeant de ses candidats, s'ils sont élus, de s'abstenir pour les votes ou être "excusés" pour ainsi donner un peu de pouvoir à ce gros million de belges qu'il voudrait conquérir..

    Sachant que les médias (et les partis dits (par eux-mêmes) "démocratiques" n'en finissent pas de comparer le PTB et le Vlaams Belang à une appeltion commune "d'extrêmes, dangereux pour la démocratie". Voter pour eux serait perdre sa voix et favoriserait les petits Hitler et Staline qui dorment en eux. 

    Cela me fait dire que ce fameux nouveau "Parti Blanco" pourrait bien servir ces mêmes partis traditionnels en permettant aux gens qui veulent pas voter pour les partis dits non-démocratique, de reporter leurs choix sur ce troisième larron qui, à mon sens, n'est absolument pas démocratique. En fait je ne sais pas si ce nouveau parti a un équivalent en Flandre, par contre il devrait être présent au moins en Wallonie.

    Le stuut c'est de pouvoir dès maintenant estimer que ce parti ait un succès de foule chez les non-votants des dernières élections, est que les centaines de milliers de Wallons qui préfèrent dormir le jour des élection vont, tout à coup, renforcer les files d'attente au bureaux de vote et voteront pour ce parti qui, même avec beaucoup de voix aura du mal à conquérir les voix des anciens abstentionnistes pourra pas se revendiquer des abstentionnistes qu'il y aura certairement  autant (si pas plus) qu'aux dernières élections législatives et européennes.

    Je me réjouis de lire les noms des candidats de ce parti blanco, qu'on leur demande pour qui ils avaient voté ou fait de leur bulletin ou qu'ils s'étaient abstenus aux derniers scrutins.. Et, en admettant, ce dont je doute, qu'ils décrochent quelques sièges comment il se comporteront au fil du temps dans les parlements respectifs.

    Je crois que ce parti blanco est une mauvaise idée.

    J'attends vos avis en commentaires à ce blog.

    Jacques Chevalier