Raoul Hedebouw

La vague fdg

COLERE (Suite)... QUE FAIRE ?

La vague fdgCe dimanche 1er mars 2020 le PTB a lancé un grand appel à la colère citoyenne face au non pouvoir démocratique gouvernant à sa manière la Belgique depuis les élections du 26 mai 2019.

Le PTB revendique le chiffre de 10.000 participants à sa manif, la police en a vu 5500 et comme je n'y étais pas je ne peux me prononcer sur le nombre que j'estime plus proche de celui cité par le PTB en ajoutant que parmi la manifestation il y a avait plein de non-membres du PTB-PVDA dont pas mal de mes amis gilets jaunes, même si certains d'entre eux portent la double casquette. Oui, c'était une belle manifestation, sur un itinéraire court, bien organisée avec un service d'ordre moins directif qu'en 2014, même s'il y a eu un incident entre gilets jaunes dont un portait un drapeau Français et une grappe de SO du PTB voulant écarter ce drapeau pour je ne sais quelle obscure raison.

Donc oui, c'était une belle manifestation et les partisans du PTB en sont très contents, refusent toute critique, traitant les personnes qui en émettent de noms d'oiseaux et autres insultes d'un temps passé qu'on croyait révolu. Bah ce n'est pas grave en soi, ce qui compte maintenant, après le relatif succès de la manif' de ce dimanche c'est ce qu'on va faire dans l'immédiat, le court et au plus tard le moyen terme pour faire avancer le schmilblick !

Alors, même si j'ai des amis au PTB (qui furent des camarades du Parti Communiste quand j'y militais avec eux) qui refusent d'emblée ce que je propose à savoir l'union de toutes les composantes de la gauche anticapitaliste, je ne me décourage pas et je relance les idées d'avant 2014, celles de 2012 en France.

Cela n'exclut en rien le PTB qui devrait y jouer un rôle moteur puisque la plus grande force en termes de membres, de moyens, d'élus et d'organisation. Pour moi, le PTB aux prochaines élections doit se présenter sous son sigle PTB, MAIS... en admettant sur ses listes des de toutes les composantes de la gauche en lutte contre le capitalisme, et cela comprend aussi des citoyens non cartés dans tel ou tel parti. Cela implique la création d'un vrai FRONT DE GAUCHE et plus cette disparité au moment de présenter les listes pour les élections. Et je le dis, ce sera difficile à faire admettre comme concept tant au PTB que dans les nombreuses chapelles de l'ultra gauche où trônent des gens qui sont (se disent) "les meilleurs".

Evidemment comme c'est parti on risque de voter dans trois ou quatre mois et un tel front sera jugé impossible, utopique, à réaliser parce que, au fond, au PTB cela ne les intéresse guère. C'est vrai que leurs slogans de colère ce dimanche oubliaient curieusement la lutte contre le capitalisme, un peu comme pour le RIC, c'était mis de côté...

Je sais bien que mon combat risque de se planter, je ne vais pas attirer derrière moi les foules mais je me dis qu'il y a dans tous les partis et chez les citoyens des gens qui, comme moi, veulent l'union de toutes et tous contre notre plus gros énnemi commun : le capitalisme, il y en a aussi au PTB et pas un peu.

La question du rapport de forces est toujours posée. On part dans tous les sens, on se casse la gueule à divers degrés tout le monde et la droite, le capitalisme, rigole. On fait table rase des détails qui nous divisent et on fonce tous ensemble et l'ennemi sera détruit à jamais. Oui ce sera dur et il est possible que via des élections ce ne soit pas suffisant.

Comprenne qui voudra.

En tous cas je vous invite à y penser très vite à ce front de gauche, et cela concerne aussi mes amis au PS, chez Ecolo, qui - à leur manière - luttent aussi contre l'hégémonie du capitalisme. "Tous ensemble, tous ensemble !" comme scandaient Raoul et ses amis hier vers 16 h Place de l'Albertine !

N'hésitez pas à émettre vos commentaires, critiques et suggestions sous ce texte, merc.

50 % des membres présents !

10.000 personnes à Bruxelles cet après-midi à l'appel du PTB-PVDA qui compte 20.000 membres, c'est magnifique ces 50 % des cotisants présents, d'autant que le voyage leur était offert. Bon, on ne va commencer à faire des comptes d'apothicaires, des comparaisons avec le chiffre de la police (5500) le nombre (important et visible) de gilets jaunes et de militants de divers partis et associations non inféodées au PTB-PVDA. Dans un des reportages tournés à hauteur des Gilets jaunes on entendait le slogan "anti… anti capitaliste' et côté PTB-PVDA près de la tribune : "Nous sommes UN, we zijn EEN", ça m'a encore un peu refroidi sur ce parti qui se dit révolutionnaire...

J'ai mis ce texte sur ma page Facebook aujourd'hui juste après la manif convoquée par mes amis du PTB-PVDA, j'y ai récolté quelques soutiens et beaucoup de critiques, tant mieux, ça prouve qu'on me lit sur le réseau social.

Bon c'est vrai ça ne vole jamais très haut mais cela me motive à continuer d'oser dire mon avis même s'il est souvent à contre-courant.

Là, j'ai posé deux fois la question des suites à donner à cette manif et les réponses n'en sont pas. En fait, tout dépendra ou non d'élections qui pourraient se profiler dans un avenir plus ou moins proche.

Je vais encore en étonner beaucoup en réaffirmant mon choix du PTB comme seule alternative au capitalisme, par défaut certes. Donc je vais encore me faire des ennemis mais je m'en fous, on ne me changera pas, ni, surtout, ma liberté de penser comme chante Pagny.

Voila, lecteur(trice)s vous êtes prévenu(e)s !

Bonne nuit.

La colère n'est pas le monopole du PTB-PVDA

« La colère grandit. La colère, contre les politiciens qui se regardent le nombril plutôt que de s’occuper des besoins sociaux. La colère, contre les politiciens qui veulent diviser le pays au lieu de travailler ensemble.
La solution, c’est de prendre le signal social des électeurs au sérieux : des pensions dignes, des soins de santé accessibles, faire payer les riches et les multinationales. La solution, c’est plus de coopération et moins de privilèges pour l’élite »

Ces mots sont de Peter Mertens, Président du PTB-PVDA aux "voeux du parti pour l'année 2020" le 17 janvier à Anvers.

Le PTB-PVDA organise donc une marche de la colère le dimanche 1er mars 2020 à Bruxelles, ses militants mobilisent un maximum de leurs membres et sympathisants pour faitre bonne figure ce jour-là. Dans une interview au Journal La Meuse du 22 février Raoul Hedebouw annonce un chiffre escompté de manifestants de l'ordre du 5.000 personnes (soit un quart des membres revendiqués par le grand Parti des Travailleurs de Belgique), ce qui est, pour le moins assez étrange, on aurait pensé une plus forte mobilisation interne. 

Les chiffres et le PTB ne font pas toujours bon ménage.

Personnellement, comme je ne suis pas membre du PTB et que cette manifestation semble être un produit non partagé je me disais que je n'irais pas d'autant plus avec mes douleurs aux jambes et pieds d'autant que c'est une marche d'environ 4 kilomètres. Au fil des semaines et via notamment Facebook on voit que nombre de personnes de la gauche radicale mais aussi des citoyens, des gilets jaunes, appellent à manifester - eux aussi - aux côtés du PTB et même s'ils n'ont pas d'appels spécifiques, on peut être sûr qu'il y aura beaucoup de gens non cartés au PTB le 1er mars à Bruxelles.

J'ai plusieurs amis, camarades du Parti Communiste, qui seront présents avec leurs drapeaux, plein d'amies et amis des gilets jaunes en gilets et surtout des femmes et des hommes en colère qui votent ou non pour le PTB sans en être et qui attendent de ce parti pour lequel elles et ils ont voté plus que des grands discours, plus d'efficacité... Et le discours de Peter Mertens cité plus haut n'est guère en phase avec cet esprit-là.

Je m'explique : ce texte n'est pas révolutionnaire, il est digne de la social-démocratie, il ne dit pas qui est l'ennemi : le capitalisme. Il ne propose que des adaptations au système, des contributions plus importantes des riches et le maintien d'une élite avec un peu moins de privilèges. C'est vraiment nul comme texte. Cela ne donne pas enve d'épouser les thèmes de campagne de ce parti qui, on le remarque, lorgne de plus en plus sur le pouvoir. Vise à être incontournable pour un futur gouvernement dont il prétend faussement demander la suppression.

Il faut que le PTB sache qu'il reste pour beaucoup de gens le choix électoral par défaut mais qu'il ne fait plus rêver les gens, même avec un tribun comme Raoul, rien à faire il n'atteindra jamais la botte de Mélenchon. Je voterai pour lui quand même, même s'il m'a écarté de sa liste d'amis sur Facebook.

Sélectionnez et copiez mon article ou bien utilisez l'adresse URL dans votre navigateur pour partager cet article de mon blog, n'hésitez pas à apporter vos commentaires même si mon site n'est pas lu comme peut l'être Facebook. Je vous en remercie d'avance et vous donne rendez-vous devant la Gare Centrale à BXL le dimanche 1er mars à 13 h 15, je serai avec mon gilet jaune de la Fédération des Résistances. Au plaisir de nous rencontrer et d'exprimer notre colère librement. Jacques CHEVALIER, Citoyen Résistant.

La pension à 1500 euros/mois : pour qui et comment ?

Il y a quelques mois j'ai été un des premiers non-membres du PTB à signer la pétition pour 1500 euros/net de pension pour tous les travailleurs à leur fin de carrière. J'ai signé sur base d'un slogan, bêtement diront certains !

Car, par la suite, quand j'ai lu le texte servant de base à cette pétition, un texte d'une proposition de loi déposée par le PTB déjà en 2018 et n'ayant pas été suivie de la moindre discussion parlementaire, j'ai constaté qu'on demandait cette fois aux citoyens, sur base du même texte, d'intervenir selon une nouvelle loi accordant justement cette discussion au Parlement Fédéral.

En lisant bien le texte, ce que n'ont pas encore fait, je suppose, des paquets de gens qui ont signé "dans l'émotion", on constate que pour bénéficier des fameux 1500 euros il y a des conditions, c'est au terme d'une carrière professionnelle de 40 ans et cela ne concerne que les isolés.

C'est vrai que 40 années de travail c'est mieux que 45 et c'est un must pour les femmes dont souvent la carrière professionnelle est moins longue vu le recours aux temps partiels et toutes les incapacités en fonction de leur statut de mère, donc ces 40 ans c'est un progrès pour les femmes et pour les hommes aussi tant qu'à faire. Mais qui peut dire que la carrière professionnelle entrant en considération commence toujours à 20 ans, voire à moins ? On sait que au marché de l'emploi celui-ci est constamment dévalorisé, perdant son statut, sa reconnaissance en termes d'anciennetés barémiques. Bon c'est vrai, le PS (feu Michel Daerden) et le MR (Daniel Baquelaine), les grands visionnaires, ont fait passer l'innovation de l'allongement de la carrière de 65 ans à 66 en 2026 et à 67 ans en 2030, ce qui pourrait donner dans les années futures un étalement encore plus loin amenant l'âge légal de la retraite à 68, 69, 70 ans et plus au fil des ans, avec toujours une soupape de sécurité qu'est la reconnaissance de la pénibilité (à encore définir) du travail, histoire d'encore bien plus diviser les travailleurs entre eux !

La proposition citoyenne (enfin celle du PTB) qui compte déjà plus de 100.000 signatures (plus qu'il en faut pour intraduire cette pétition citoyenne), le parti de la gauche radicale voudrait plus que doubler le nombre de ses signataires.

Quand j'ai signé la pétition je pensais que le texte devait encore être paufiné avant sa présentation à la discussion parlementaire, je suppose d'ailleurs que c'est exact puisque que je suis invité ce samedi 11 janvier 2020 à une conférence-débat où il sera tenu compte des avis et observations du public pour améliorer la proposition de Loi citoyenne. Enfin c'est ce qu'il me semble.

Bon, c'est pas vraiment garanti car si je suis invité à cette Assemblée Générale de la section d'Oupeye du PTB c'est parce qu'ils ont mon nom dans leur fichier d'adresses, ils ont aussi le mail de ma compagne mais elle n'a rien reçu, or, selon ce que j'en vois sur Facebook, la section locale du PTB n'a pas créé un "événement" sur Facebook, il semble que j'ai été ajouté (par erreur ?) aux membres de cette section. Un ami m'a confirmé qu'au PTB, les membres consultatifs (ceux qui payent 20 euros/ans) peuvent participer à une assemblée générale par an et même y voter sur un sujet (ici, je suppose, un engagement à faire signer la pétition à un maximum de gens). Le stuut est que même si je soutiens le PTB via un versement de 5 euros/mois (ordre permanent) JE NE SUIS PAS MEMBRE DU PTB. Et là je me demande si on m'y laissera entrer, et ma femme aussi car on peut dire qu'elle aussi soutient le PTB, par sa voix aux élections mais aussi par une partie de mon versement puisque que c'est sur "l'argent du ménage" (on verra par la suite que nous ne sommes pas riches du tout et que chacun d'entre nous gagne moins qu'un élu du PTB, beaucoup moins !).

Bon, on n'est pas encore samedi et je suis toujours bel et bien invité par mail ainsi que je l'ai copié/collé de mon mail sur mon journal Facebook.

Revenons-en à ces fameux 1500 euros/net pour un isolé qui a donc une carrière de 40 ans, perso je suis dans le bon puisque je touche plus : pension d'isolé et taxshift : 1580 €, une personne à charge : plus : 75 € cela me fait 1655 €/mois en net (auxquels j'ajoute les 106 euros/mois que ma compagne touche en allocation d'Handicapée, cela nous fait 1761 €/mois net )

Dans mon exemple je ne parle pas du droit à la pension de ma compagne, elle n'a que 62 ans et aura 65 ans le 1 octobre 2022, d'ici-là ses seules ressources propres sont cette allocation mensuelle "de la Vierge Noire" à 106 € (c'est peu mais c'est parce qu'elle vit avec un citoyen qui a une "grosse pension" !). Cela nous fait - pour chacun - un pactole de 880,50 € par mois. Je me demande à combien j'aurais eu droit de mon jeton de présence si j'avais été un élu du PTB avec l'équivalent d'un salaire d'ouvrier !

C'est vrai que dans le calcul de sa pension ma campagne, si elle peut conserver son allocation de handicapé devrait sabrer le champagne en apprenant combien elle aura droit de pension à 65 ans avec ses seize années de travail à mi-temps dans une asbl de services comme femme de ménage et bien sûr sans reconnaissance pour avoir élevé quasi seule ses 6 enfants.

Si je commence à détailler notre vécu je vais me faire stopper (si on me donne la parole) rapidement, on m'invitera à prendre contact plus tard avec quelqu'un qui enregistrera ma demande, et cela je ne le conteste pas mais, par expérience du PTB, et de son site national, je sais bien que le chemin est long pour obtenir une réponse sur tel ou tel sujet. (oui je sais, je suis un emmerdeur !)

Donc en clair : qui va donc profiter de cette pension d'un minimum de 1500 € si elle entre dans le cadre de la Loi ?

Pourquoi est-ce que le texte de base de la proposition de loi se limite-t-elle à un isolé avec carrière complète de 40 ans ?

Qu'est-il prévu pour les ménages où les deux (ou plus) personnes travaillent et obtiennent un droit à la pension quand un des membres avec 40 ans de carrière prend sa pension.

Combien pourrait toucher un ménage de pensionnés ayant :

- tous deux travaillé au moins 40 ans ?

- un seul a travaillé 40 ans, l'autre moins ?

- aucun des deux n'a pas travaillé 40 ans ?

- Une des deux personnes n'a jamais perçu un salaire ?

- Le ménage dispose d'une allocation de chômage, du RIS (CPAS) ou autre allocation sociale ?

C'est cela qu'il aurait fallu mettre dans la proposition de Loi pour quelle soit claire et sans équivoque, formulée comme elle est, avec la seule mise en avant de ces fameux 1500 euros permettant aux travailleurs de se payer une maison de repos (pas une séniorie hein !) c'est comme on le dit trop souvent à mauvais escient du POPULISME.

Je ne sais pas comment faire pour retirer ma signature, et la remettre si on accepte de tenir compte de mes questions en y accordant des réponses claires et publiques.

J'ai comme l'impression que c'est peine perdue, et j'en viens, des fois, à me dire que le choix PTB n'était pas nécessairement le meilleur, à suivre d'ici les prochaines élections, en tous cas au niveau d'Oupeye même, je ne vois pas ce qu'y font les 3 élus du PTB, en tous cas y a rien à voir sur sa page FB et sur "le site".

Voila j'ai donc écrit ce texte de blog sur mon site perso, vous qui me lisez vous pouvez y écrire vos commentaires, vos questions aussi concernant la pétition du PTB, la proposition citoyenne, des choses que je pourrai transmettre ce samedi si on me laisse les dire. Mais si vous êtes du PTB alors c'est vraiment BIENVENUE à vos commentaires, vos avis en tant que membres, militants, responsables du PTB, vos réponses à mes questions. Soyons positifs, c'est plus chouette que se taire en ronchonnant chacun dans son coin.

Proficiat ! Comme on dit au PVDA.

 

53435328 646572612437902 4098897632301154304 n

Les élections à Oupeye... le PTB en hausse !

Par rapport aux élections comparables de 2014 le PTB à Oupeye fait plus que doubler son score, c'est surtout par rapport aux élections communales d'octobre 2018 que je me suis basé pour estimer le nouveau bond en avant de ce parti et le recul des autres à l'exception des écologistes même si - pour eux - la différence à calculer est peu évidente puisque les ECOLO et le MR formaient liste commune aux élections communales d'octobre 2018.

Les différences sont aussi provoquées par le fait qu'il y avait peu de partis aux communales mais beaucoup plus aux législatives et que ces partis ont récupéré une partie des voix de toutes les listes de 2018.

On trouvera donc ci-dessous les nombres de voix obtenues par les partis d'abord aux communales de 2018 puis aux fédérales et enfin aux régionales des élections de 2019. Je ne mets pas les pourcentages : 

Bulletins valables : 15197 - 14605 - 14518

PS :   6293 - 4156 - 4245

PTB : 2174 - 3120 - 2867

MR-ECOLO : 2885 (en 2018)

MR : ------ - 2364 - 2359

ECOLO : ----- - 1474 - 1486

CDH : 2868 - 1177 - 1391

PP :   977 - 708 - 737

Pas présents en 18 :

DEFI :  524 - 318

Destexhe : 229 - 263

Belges d'Abord : 237 (uniquement Chambre)

DierAnimal : 186 - 225

Collectif Citoyen : 131 - 129

La Droite : 85 (uniquement Chambre)

Vlaams Belang : 80 (uniquement Chambre)

Wallonie Insoumise : 67 - 137

Nation : 57 - 89

Demain : 66 (uniquement Région)

Gauche d'Ouverture

Billet d'humeur du 16 juillet 2018 à propos du PTB

Le PTB... la courbe descendante !

Loin de moi l'idée de dénigrer à trois mois du scrutin le parti pour lequel je continue d'appeler mes amis à voter.

Un simple constat, celui implacable des sondages (qui se raréfient - comme c'est curieux - depuis quelques mois. Le PTB y a progressé de manière fulgurante, essentiellement au détriment du PS en Wallonie et à Bruxelles, c'était très inquiétant pour le Parti Socialiste et nombreux furent leurs militants à écoper l'eau qui prenait de toutes part l'assaut de la coque du vieux rafiot, tant et si bien que le PS a remonté la pente sauf à Seraing où les aventures du fiston de Guy continuent de gangréner les assises du parti presqu'unique depuis un siècle.

Le PTB a bénéficié de sondages globaux, sur la perspective des élections législatives du style "si on votait maintenant combien de députés se joindraient à Raoul et Marco au Parlement ?", mais le stuut est que le 14 octobre ce sont les communales et les provinciales et si le PTB est bien organisé au niveau fédéral il l'est moins au niveau local et ne sera pas en mesure de présenter des listes partout, loin de là ! Pas en mesure de présenter des listes complètes non plus dans la plupart des "nouvelles" communes où le parti sera présent.

Là, je l'ai déjà dit, c'est le fruit pourri d'une erreur de jugement des stratèges du PTB, ils auraient du continuer la démarche d'ouverture au lieu d'en profiter en 2014 puis jeter le GO aux poubelles de l'Histoire. Résultat l'extrême gauche, et même le PC à quelques endroits, n'appellent plus à soutenir le PTB, pire encore, un peu partout des listes alternatives, citoyennes ou d'alliances, avec les écolos notamment, vont mordre sur l'électorat escompté du PTB.

L'effet Raoul s'étiole petit à petit, cela se voit rien que par la presse, fini le temps où les journalistes venaient dans les couloirs du parlement filmer l'avis de Raoul surtout, l'invitaient sur les plateaux TV y compris pour des jeux, en Flandre, l'heure de grâce n'a eu qu'un temps, peu à peu on va voir revenir les vieilles rengaines de l'anti-communiste primaire, la Corée du Nord, et même les démissions de militants du Parti s'en allant vers des partis leur promettant plus dans la gamelle, même... je suis sûr qu'on va ressortir l'histoire des timbres du Parlement Wallon pour saper le leader du PTB de Verviers, qui - soiit dit en passant - est vrailment un type bien.

Le PTB est à peu près sûr de monter fort à Seraing, ce l'est moins à Liège et Herstal et encore moins dans les autres communes, dont la mienne à Oupeye où on ne voit plus les militants qui se raréfient dans l'action, qui présenteront une liste incomplète avec des braves gens sympas dessus, je voterai pour eux mais je ne m'attend pas à une percée, j'espère me tromper. De toutes façons du fait qu'il ne sera pas présent partout, les électeurs potentiels de Juprelle (la commune à côté de chez moi, ou Bassenge)... là les gens qui ont voté PTB, ils étaient nombreux, la plupart travailleurs des secteurs de pointe entretenus par le PTB, ces gens-là ne voteront pas PTB, le feront-ils pour la Province ? Rien n'est moins sûr. Comment le PTB va-il-faire savoir à ses électeurs potentiels là où il n'a pas de section présentant une liste que le PTB existe quand même au niveau provincial.

Quand les médias établiront le soir des élections leurs tableaux de taux de progression/perte et qu'ils les baseront sur les élections de 2014 on risque déjà d'avoir de mauvaises surprises, idem par rapport aux sondages et idem dans la répartition escomptée des sièges aux législatives de 19 par rapport aux scores de 2018. les médias s'y entendent pour mélanger les pommes et les poires , en oubliant les dates et les dimensions des pots de sirop !

On ne refait pas en trois mois ce qu'on a pas voulu faire depuis avant même les élections de 2014 je suis un peu, que dis-je : beaucoup, déçu par la stratégie du PTB qui va se planter et tromper ses membres de base. Voila pourquoi j'ai toujours refusé d'y adhérer même si je continue, y compris financièrement (10 euros par mois, ce qui est plus que la coti de base des membres qui reçoivent en prime Solidaire, le journal du PTB). Le site que j'ai monté (Viva PTB) compte une dizaine de membres dont 5 proches du PTB, 2 du PC et le reste de citoyen(ne)s, je ne sais pas si je vais le maintenir jusqu'au législatives de 2019, c'est aussi une question financière, c'est moi qui le paye, c'est aussi un peu ma liberté d'action et d'écriture, c'est plus facile quand on a du fric derrière soi... Certains se réjouiront de le voir disparaître, je sais. Mais qu'ils ne m'enterrent pas tout de suite, j'ai encore de nombreuses flèches dans mon carquois.

Un billet d'humeur écrit d'abord sur mon site perso puis retransmis en page de garde de Viva PTB et ensuite via Facebook.

Ecrit à Houtain-Saint-Siméon le lundi 16 juillet 2018 vers 10 h du matin.