gilet jaune

Dsc01845 2

AVEC LES GILETS JAUNES !

Je suis gilet jauneJe ne le suis plus dans la rue, dans les actions... Je le suis toujours dans ma tête, dans mon coeur et je tiens en estime mes amis gilets jaunes de Liège et de Belgique même si certains je les aime moins voire pas du tout surtout quand, sous le couvert de leur gilets, ils propagent la haine bête et méchante de leurs chefs de partis d'extrême-droite dont certains revendiquent le copyright du mouvement en Belgique.

J'ai d'abord participé de loin, je suis allé deux fois à Bruxelles en début de mouvement, aux premières lignes évitant de justesse l'eau des arroseuses et les cailloux et autres projectiles lancés par des gens qui, quelques minutes plus tard se mettaient un brassard orange pour aller colsonner quelques manifestants...

Le mouvement des gilets jaunes à Liège, pour moi ce furent surtout les rassemblement du samedi PM à la gare des Guillemins, j'y retrouvais nombre de militants que je connaissais de mon passé communiste, des anciens du PC, des syndicalistes FGTB, des militants du PTB et quelques "vieux de la vieille", compagnons de luttes pour la Paix, contre le TSCG et autres luttes solidaires, le ban et l'arrière ban des humanistes combattifs de Liège et environs.

Et puis il y avait ces gilets jaunes que je ne connaissais pas, la plupart des femmes et des hommes sincères, non politisés, parfois même en totale opposition aux partis, aux structures, aux syndicats. Certains véhiculaient parfois des idées que les journalistes se plaisent à appeler "populistes" avec une moue de dédain, reprises par les bien pensants de la gauche caviar du PS à Ecolo.

A Liège, nombre de femmes étaient en tête du mouvement et elle prenaient la parole, harranguaient et dirigeaient le mouvement, c'était assez extraordinaire d'ainsi les voir aux côtés d'hommes de tous âges leur faisant confiance. Je crois que les féministes classiques, celles des collectifs de femmes battues et autres ne se rendaient pas compte de la performance de tous les jours qui était celle de ces femmes gilets jaunes.

A Liège, nous avons connu un tragique événement, un des nôtres écrasé par un semi-remorque sur l'autoroute à Visé, un choc vévu par la plupart des combattant(e)s GJ de Liège en direct, je n'y étais pas mais je sais ce qu'ont vécu mes camarades cette nuit-là, je me rappellerai toujours ce que disait "Cyrika", notre leader des GJ liégeois à propos de ce qu'il restait de Roger après ces 40 tonnes lui ayant passé dessus "comme un carton d'oeufs écrasés". C'est pas de la rigolade, c'est un fait, atroce, pour ses proches qui ont vécu sa mort en direct, pour les autres gilets jaunes présents glacés d'effroi. Pour nous toutes et tous d'apprendre tout, dans le détail les jours qui ont suivi quand les médias parlaient d'un malheureux accident qui ne serait pas arrivé s'il n'y avait pas eu cette action des gilets jaunes... et de plaindre le chauffeur du camion contraint de fuir (en écrasant Roger) pour ne pas se faire lyncher (alors que la police était présente).

Le mouvement des Gilets Jaunes en Belgique est plus ancien (1 jour) qu'en France, certes il n'a jamais réuni tant de gens qu'un peu partout dans l'hexagone, plusieurs samedis en été 2019 au moins en soutien avec nos amis de France , je le sais puisque c'est moi qui organisais les présences militantes des Gilets Jaunes à l'Esplanade Saint-Léonard à Liège, nous nous sommes retrouvés rarement à plus de 10 personnes, mais il fallait maintenir le mouvement...

Les gilets jaunes ont été bien soutenus dans leurs débuts par le PTB, du moins à Liège, même si Raoul Hedebouw n'était pas avec nous dans la rue, chaque samedi entre 50 et 100 militants du PTB enfilaient des gilets jaunes et venaient avec des panneaux revendicatifs non signés, présents mais pas pour récupérer le mouvement, je tiens à le signaler. Puis ce fut le grand mouvement des jeunes pour le climat où le PTB a choisi de s'investir plus que dans celui des gilets jaunes. A notre niveau, les GJ de Liège, nous avons apporté notre soutien aux jeunes et si avec certains ce fut très bien avec les "leaders" des étudiants ce le fut moins. 

Comme les Gilets Jaunes, les jeunes pour le climat ont vite disparu des rues et leur mouvement a du mal à rebondir.  Les gilets jaunes, même moins nombreux, existent toujours et on les a bien vus ce dimanche 1er mars à la manif "Colère" du PTB et j'en suis bien content même si je n'étais pas avec eux.

Les gilets jaunes sont toujours traversés de courants différents, parfois oppositionnels, au niveau de la Belgique ils n'existent plus qu'en Wallonie et à Bruxelles, et encore, dans certaines provinces le mouvement n'est pas unanime, univoque. Plein de gens ont quitté le mouvement à cause de problèmes d'égo chez certains. Faut dire aussi qu'on nous reproche de ne pas être structurés mais faut savoir que plusieurs d'entre nous, notamment quelques-unes des femmes héroïques de Liège et environ se sont investies physiquement et financièrement sans le moindre merci, et c'est pas évident quand on gère des familles, des enfants et qu'on se ramasse des procès à la pelle.

Les gilets jaunes ont leur place dans la "révolution" qui devrait avoir lieu tôt ou tard dans notre pays, que ce soit via les élections ou encore dans la rue. Cela ne peut pas continuer comme ça va, la marmite à pression va péter pour de bon, même si elle pétera certainement d'abord en France, on devrait suivre chez nous rapidement.

Perso j'appelle à un grand rassemblement contre le capitalisme, autour du PTB pour ce qui est de la phase "électorale", et, je suis tenté de dire ... AVEC les Gilets Jaunes  pour la révolution citoyenne dans la rue.

Vous me lisez, vous m'avez lu jusqu'ici, jattends de vous lire en commentaires. Merci

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------