Jacques CHEVALIER

  • Localisation : HOUTAIN SAINT SIMEON
  • Profession : retraité heureux

Billets de jacques-17

Dsc03406

Avec le masque de la commune

Dsc03406

Mon masque et moi !

Ce matin nous avons reçu notre premier masque offert par la commune, un par personne, le second ce sera le 24 mai. Bon, il ne permettra pas d'y glisser les deux bandes en coton/filtres promises pour on ne sait pas quand par la Première Ministre, la Grande Sophie La Bleuette. Mais c'est promis, les bandes de coton iront dans le masque qui est destiné à chaque belge plus tard.

Bon ! Le masque communal on le met si on va en bus, au magasin ou ailleurs où il y a des gens mais si tel est le cas, après usage il faut le laver à l'eau bouillante et le faire sécher à l'abri des postillons et du vent, l'idéal dans votre séchoir mais pas en même temps que le reste de votre lessive, des fois que... Cela veut dire qu'il n'est pas question pour nous de nous rendre chaque jour dans des lieux où il y a d'autres choses que nos  proches, résidents sous le même toit que nous ! Sortir de prison une fois tous les deux jours avec toujours un masque propre à enfiler. Donc d'ici au 24 mai bien surveiller nos sorties mais aussi les visites possibles de nos 4 visiteurs permis qui, comme nous, devront porter leurs masques... En fait on ne sait pas pourquoi à Oupeye on reçoit les masques en deux fois avec 15 jours de battement quant à Herstal tout le monde a déjà reçu ses deux masques... Cela me fait dire que tous les masques prévus n'ont pas été livrés et que les jeux d'influence ont joué de commune en commune. Encore une de ces divisions pour permettre à certains de mieux règner, voire une campagne électorale déjà bien amorcée dans des lieux où un parti comme le PTB pourrait arriver à être incontournable en ne gagnant que quelques centaines (dizaines ?) de voix...

Dsc01845 2

AVEC LES GILETS JAUNES !

Je suis gilet jauneJe ne le suis plus dans la rue, dans les actions... Je le suis toujours dans ma tête, dans mon coeur et je tiens en estime mes amis gilets jaunes de Liège et de Belgique même si certains je les aime moins voire pas du tout surtout quand, sous le couvert de leur gilets, ils propagent la haine bête et méchante de leurs chefs de partis d'extrême-droite dont certains revendiquent le copyright du mouvement en Belgique.

J'ai d'abord participé de loin, je suis allé deux fois à Bruxelles en début de mouvement, aux premières lignes évitant de justesse l'eau des arroseuses et les cailloux et autres projectiles lancés par des gens qui, quelques minutes plus tard se mettaient un brassard orange pour aller colsonner quelques manifestants...

Le mouvement des gilets jaunes à Liège, pour moi ce furent surtout les rassemblement du samedi PM à la gare des Guillemins, j'y retrouvais nombre de militants que je connaissais de mon passé communiste, des anciens du PC, des syndicalistes FGTB, des militants du PTB et quelques "vieux de la vieille", compagnons de luttes pour la Paix, contre le TSCG et autres luttes solidaires, le ban et l'arrière ban des humanistes combattifs de Liège et environs.

Et puis il y avait ces gilets jaunes que je ne connaissais pas, la plupart des femmes et des hommes sincères, non politisés, parfois même en totale opposition aux partis, aux structures, aux syndicats. Certains véhiculaient parfois des idées que les journalistes se plaisent à appeler "populistes" avec une moue de dédain, reprises par les bien pensants de la gauche caviar du PS à Ecolo.

A Liège, nombre de femmes étaient en tête du mouvement et elle prenaient la parole, harranguaient et dirigeaient le mouvement, c'était assez extraordinaire d'ainsi les voir aux côtés d'hommes de tous âges leur faisant confiance. Je crois que les féministes classiques, celles des collectifs de femmes battues et autres ne se rendaient pas compte de la performance de tous les jours qui était celle de ces femmes gilets jaunes.

A Liège, nous avons connu un tragique événement, un des nôtres écrasé par un semi-remorque sur l'autoroute à Visé, un choc vévu par la plupart des combattant(e)s GJ de Liège en direct, je n'y étais pas mais je sais ce qu'ont vécu mes camarades cette nuit-là, je me rappellerai toujours ce que disait "Cyrika", notre leader des GJ liégeois à propos de ce qu'il restait de Roger après ces 40 tonnes lui ayant passé dessus "comme un carton d'oeufs écrasés". C'est pas de la rigolade, c'est un fait, atroce, pour ses proches qui ont vécu sa mort en direct, pour les autres gilets jaunes présents glacés d'effroi. Pour nous toutes et tous d'apprendre tout, dans le détail les jours qui ont suivi quand les médias parlaient d'un malheureux accident qui ne serait pas arrivé s'il n'y avait pas eu cette action des gilets jaunes... et de plaindre le chauffeur du camion contraint de fuir (en écrasant Roger) pour ne pas se faire lyncher (alors que la police était présente).

Le mouvement des Gilets Jaunes en Belgique est plus ancien (1 jour) qu'en France, certes il n'a jamais réuni tant de gens qu'un peu partout dans l'hexagone, plusieurs samedis en été 2019 au moins en soutien avec nos amis de France , je le sais puisque c'est moi qui organisais les présences militantes des Gilets Jaunes à l'Esplanade Saint-Léonard à Liège, nous nous sommes retrouvés rarement à plus de 10 personnes, mais il fallait maintenir le mouvement...

Les gilets jaunes ont été bien soutenus dans leurs débuts par le PTB, du moins à Liège, même si Raoul Hedebouw n'était pas avec nous dans la rue, chaque samedi entre 50 et 100 militants du PTB enfilaient des gilets jaunes et venaient avec des panneaux revendicatifs non signés, présents mais pas pour récupérer le mouvement, je tiens à le signaler. Puis ce fut le grand mouvement des jeunes pour le climat où le PTB a choisi de s'investir plus que dans celui des gilets jaunes. A notre niveau, les GJ de Liège, nous avons apporté notre soutien aux jeunes et si avec certains ce fut très bien avec les "leaders" des étudiants ce le fut moins. 

Comme les Gilets Jaunes, les jeunes pour le climat ont vite disparu des rues et leur mouvement a du mal à rebondir.  Les gilets jaunes, même moins nombreux, existent toujours et on les a bien vus ce dimanche 1er mars à la manif "Colère" du PTB et j'en suis bien content même si je n'étais pas avec eux.

Les gilets jaunes sont toujours traversés de courants différents, parfois oppositionnels, au niveau de la Belgique ils n'existent plus qu'en Wallonie et à Bruxelles, et encore, dans certaines provinces le mouvement n'est pas unanime, univoque. Plein de gens ont quitté le mouvement à cause de problèmes d'égo chez certains. Faut dire aussi qu'on nous reproche de ne pas être structurés mais faut savoir que plusieurs d'entre nous, notamment quelques-unes des femmes héroïques de Liège et environ se sont investies physiquement et financièrement sans le moindre merci, et c'est pas évident quand on gère des familles, des enfants et qu'on se ramasse des procès à la pelle.

Les gilets jaunes ont leur place dans la "révolution" qui devrait avoir lieu tôt ou tard dans notre pays, que ce soit via les élections ou encore dans la rue. Cela ne peut pas continuer comme ça va, la marmite à pression va péter pour de bon, même si elle pétera certainement d'abord en France, on devrait suivre chez nous rapidement.

Perso j'appelle à un grand rassemblement contre le capitalisme, autour du PTB pour ce qui est de la phase "électorale", et, je suis tenté de dire ... AVEC les Gilets Jaunes  pour la révolution citoyenne dans la rue.

Vous me lisez, vous m'avez lu jusqu'ici, jattends de vous lire en commentaires. Merci

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La vague fdg

COLERE (Suite)... QUE FAIRE ?

La vague fdgCe dimanche 1er mars 2020 le PTB a lancé un grand appel à la colère citoyenne face au non pouvoir démocratique gouvernant à sa manière la Belgique depuis les élections du 26 mai 2019.

Le PTB revendique le chiffre de 10.000 participants à sa manif, la police en a vu 5500 et comme je n'y étais pas je ne peux me prononcer sur le nombre que j'estime plus proche de celui cité par le PTB en ajoutant que parmi la manifestation il y a avait plein de non-membres du PTB-PVDA dont pas mal de mes amis gilets jaunes, même si certains d'entre eux portent la double casquette. Oui, c'était une belle manifestation, sur un itinéraire court, bien organisée avec un service d'ordre moins directif qu'en 2014, même s'il y a eu un incident entre gilets jaunes dont un portait un drapeau Français et une grappe de SO du PTB voulant écarter ce drapeau pour je ne sais quelle obscure raison.

Donc oui, c'était une belle manifestation et les partisans du PTB en sont très contents, refusent toute critique, traitant les personnes qui en émettent de noms d'oiseaux et autres insultes d'un temps passé qu'on croyait révolu. Bah ce n'est pas grave en soi, ce qui compte maintenant, après le relatif succès de la manif' de ce dimanche c'est ce qu'on va faire dans l'immédiat, le court et au plus tard le moyen terme pour faire avancer le schmilblick !

Alors, même si j'ai des amis au PTB (qui furent des camarades du Parti Communiste quand j'y militais avec eux) qui refusent d'emblée ce que je propose à savoir l'union de toutes les composantes de la gauche anticapitaliste, je ne me décourage pas et je relance les idées d'avant 2014, celles de 2012 en France.

Cela n'exclut en rien le PTB qui devrait y jouer un rôle moteur puisque la plus grande force en termes de membres, de moyens, d'élus et d'organisation. Pour moi, le PTB aux prochaines élections doit se présenter sous son sigle PTB, MAIS... en admettant sur ses listes des de toutes les composantes de la gauche en lutte contre le capitalisme, et cela comprend aussi des citoyens non cartés dans tel ou tel parti. Cela implique la création d'un vrai FRONT DE GAUCHE et plus cette disparité au moment de présenter les listes pour les élections. Et je le dis, ce sera difficile à faire admettre comme concept tant au PTB que dans les nombreuses chapelles de l'ultra gauche où trônent des gens qui sont (se disent) "les meilleurs".

Evidemment comme c'est parti on risque de voter dans trois ou quatre mois et un tel front sera jugé impossible, utopique, à réaliser parce que, au fond, au PTB cela ne les intéresse guère. C'est vrai que leurs slogans de colère ce dimanche oubliaient curieusement la lutte contre le capitalisme, un peu comme pour le RIC, c'était mis de côté...

Je sais bien que mon combat risque de se planter, je ne vais pas attirer derrière moi les foules mais je me dis qu'il y a dans tous les partis et chez les citoyens des gens qui, comme moi, veulent l'union de toutes et tous contre notre plus gros énnemi commun : le capitalisme, il y en a aussi au PTB et pas un peu.

La question du rapport de forces est toujours posée. On part dans tous les sens, on se casse la gueule à divers degrés tout le monde et la droite, le capitalisme, rigole. On fait table rase des détails qui nous divisent et on fonce tous ensemble et l'ennemi sera détruit à jamais. Oui ce sera dur et il est possible que via des élections ce ne soit pas suffisant.

Comprenne qui voudra.

En tous cas je vous invite à y penser très vite à ce front de gauche, et cela concerne aussi mes amis au PS, chez Ecolo, qui - à leur manière - luttent aussi contre l'hégémonie du capitalisme. "Tous ensemble, tous ensemble !" comme scandaient Raoul et ses amis hier vers 16 h Place de l'Albertine !

N'hésitez pas à émettre vos commentaires, critiques et suggestions sous ce texte, merc.

50 % des membres présents !

10.000 personnes à Bruxelles cet après-midi à l'appel du PTB-PVDA qui compte 20.000 membres, c'est magnifique ces 50 % des cotisants présents, d'autant que le voyage leur était offert. Bon, on ne va commencer à faire des comptes d'apothicaires, des comparaisons avec le chiffre de la police (5500) le nombre (important et visible) de gilets jaunes et de militants de divers partis et associations non inféodées au PTB-PVDA. Dans un des reportages tournés à hauteur des Gilets jaunes on entendait le slogan "anti… anti capitaliste' et côté PTB-PVDA près de la tribune : "Nous sommes UN, we zijn EEN", ça m'a encore un peu refroidi sur ce parti qui se dit révolutionnaire...

J'ai mis ce texte sur ma page Facebook aujourd'hui juste après la manif convoquée par mes amis du PTB-PVDA, j'y ai récolté quelques soutiens et beaucoup de critiques, tant mieux, ça prouve qu'on me lit sur le réseau social.

Bon c'est vrai ça ne vole jamais très haut mais cela me motive à continuer d'oser dire mon avis même s'il est souvent à contre-courant.

Là, j'ai posé deux fois la question des suites à donner à cette manif et les réponses n'en sont pas. En fait, tout dépendra ou non d'élections qui pourraient se profiler dans un avenir plus ou moins proche.

Je vais encore en étonner beaucoup en réaffirmant mon choix du PTB comme seule alternative au capitalisme, par défaut certes. Donc je vais encore me faire des ennemis mais je m'en fous, on ne me changera pas, ni, surtout, ma liberté de penser comme chante Pagny.

Voila, lecteur(trice)s vous êtes prévenu(e)s !

Bonne nuit.

La colère n'est pas le monopole du PTB-PVDA

« La colère grandit. La colère, contre les politiciens qui se regardent le nombril plutôt que de s’occuper des besoins sociaux. La colère, contre les politiciens qui veulent diviser le pays au lieu de travailler ensemble.
La solution, c’est de prendre le signal social des électeurs au sérieux : des pensions dignes, des soins de santé accessibles, faire payer les riches et les multinationales. La solution, c’est plus de coopération et moins de privilèges pour l’élite »

Ces mots sont de Peter Mertens, Président du PTB-PVDA aux "voeux du parti pour l'année 2020" le 17 janvier à Anvers.

Le PTB-PVDA organise donc une marche de la colère le dimanche 1er mars 2020 à Bruxelles, ses militants mobilisent un maximum de leurs membres et sympathisants pour faitre bonne figure ce jour-là. Dans une interview au Journal La Meuse du 22 février Raoul Hedebouw annonce un chiffre escompté de manifestants de l'ordre du 5.000 personnes (soit un quart des membres revendiqués par le grand Parti des Travailleurs de Belgique), ce qui est, pour le moins assez étrange, on aurait pensé une plus forte mobilisation interne. 

Les chiffres et le PTB ne font pas toujours bon ménage.

Personnellement, comme je ne suis pas membre du PTB et que cette manifestation semble être un produit non partagé je me disais que je n'irais pas d'autant plus avec mes douleurs aux jambes et pieds d'autant que c'est une marche d'environ 4 kilomètres. Au fil des semaines et via notamment Facebook on voit que nombre de personnes de la gauche radicale mais aussi des citoyens, des gilets jaunes, appellent à manifester - eux aussi - aux côtés du PTB et même s'ils n'ont pas d'appels spécifiques, on peut être sûr qu'il y aura beaucoup de gens non cartés au PTB le 1er mars à Bruxelles.

J'ai plusieurs amis, camarades du Parti Communiste, qui seront présents avec leurs drapeaux, plein d'amies et amis des gilets jaunes en gilets et surtout des femmes et des hommes en colère qui votent ou non pour le PTB sans en être et qui attendent de ce parti pour lequel elles et ils ont voté plus que des grands discours, plus d'efficacité... Et le discours de Peter Mertens cité plus haut n'est guère en phase avec cet esprit-là.

Je m'explique : ce texte n'est pas révolutionnaire, il est digne de la social-démocratie, il ne dit pas qui est l'ennemi : le capitalisme. Il ne propose que des adaptations au système, des contributions plus importantes des riches et le maintien d'une élite avec un peu moins de privilèges. C'est vraiment nul comme texte. Cela ne donne pas enve d'épouser les thèmes de campagne de ce parti qui, on le remarque, lorgne de plus en plus sur le pouvoir. Vise à être incontournable pour un futur gouvernement dont il prétend faussement demander la suppression.

Il faut que le PTB sache qu'il reste pour beaucoup de gens le choix électoral par défaut mais qu'il ne fait plus rêver les gens, même avec un tribun comme Raoul, rien à faire il n'atteindra jamais la botte de Mélenchon. Je voterai pour lui quand même, même s'il m'a écarté de sa liste d'amis sur Facebook.

Sélectionnez et copiez mon article ou bien utilisez l'adresse URL dans votre navigateur pour partager cet article de mon blog, n'hésitez pas à apporter vos commentaires même si mon site n'est pas lu comme peut l'être Facebook. Je vous en remercie d'avance et vous donne rendez-vous devant la Gare Centrale à BXL le dimanche 1er mars à 13 h 15, je serai avec mon gilet jaune de la Fédération des Résistances. Au plaisir de nous rencontrer et d'exprimer notre colère librement. Jacques CHEVALIER, Citoyen Résistant.

Clmgf1erlogomoyen

La lutte contre les MGF n'est pas une chasse gardée

Je me suis souvent demandé pourquoi les mouvements spontanés se créant à l'initiative des gens étaient si vite repris par des associations justifiant le soucis des gens pour monter des dossiers afin d'obtenir des subsides pour elles-mêmes, et vite "jeter" les gens qui restent, ou ont l'audace de rester à résister sans pour autant se fondre dans une de ces associations.

Le titre de mon blog de ce jour, écrit la veille de la Journée Internationale Tolérance Zéro aux Mutilations Génitales Féminines, ne laisse pas de doute. Dans le milieu de la lutte contre les MGF, même si je ne suis qu'un bénévole, beaucoup de personnes et d'associations savent qui je suis et n'ignorent pas mes militances dont celles de la lutte contre le MGF mais aussi en faveur des droits des femmes en général.

Je fus à la base de la création du Collectif Liégeois contre les MGF avec mon association LîDjibouti. Cette association a permis l'engagement d'une de ses membres au sein de l'asbl la plus connue dans la lutte contre les MGF : Le GAMS, où elle est devenue la responsable pour Liège et Verviers. Un emploi c'est un peu une victoire de LîDjibouti et de ses membres, dont je suis.

Trois époques de ma vie ont été consacrées à ce collectif à des degrés différents. De 2007 à 2011 j'en fus le coordinateur, l'animateur des réunions, le scribe pour le secrétariat. Fin 2011 habitant dans le Brabant Wallon et accidenté au pied, j'ai délégué mon "pouvoir" à mon ami Ibrahim, co-responsable avec moi de l'association LîDjibouti qui m'avait toujours accompagné aux réunions du CLMGF, durant cette période il m'informait de ce qu'il se passait au collectif, la caisse de LîDjibouti servait aussi de trésorerie du collectif puisqu'il semblait difficile de trouver des gens pour créer ce poste au collectif. Finalement un compte d'association fut ouvert au CLMGF et, qui dit compte... dit frais bancaires ! En peu de temps et par deux fois, via le compte de LîDjibouti, alimenté par les cotisations de ses membres, j'ai versé trente euros sur le compte du CLMGF pour éviter des gros frais de négatif interdits au collectif qui n'était alimenté par personne, même pas un cent provenant des subsides que percevaient certaines associations utilisant le collectif comme "partie" de leurs programme. Il y eut même un site créé pour lequel je n'ai jamais réussi à savoir s'il était payant ou non, qui l'aurait payé et combien. A remarquer que - pour ce site - on m'a demandé d'écrire un "historique" du collectif, ce que j'ai fait et qui a été publié sur cette espèce de vitrine non suivie au niveau de l'actualité au point d'y laisser des infos obsolètes, dépassées.

En 2015 étant revenu vivre près de Liège, malgré mes difficultés physiques pour me déplacer j'ai fini par reprendre la "direction" du collectif au grand bonheur de mon ami Ibrahim et surtout de son estomac ulcéré. J'ai essayé de récupérer le site pour au moins l'actualiser mais son concepteur n'a jamais daigné me contacter ni surtout me donner les clefs de ce site où je n'étais même pas en mesure de prolonger mon article sur l'historique du collectif.

Alors en janvier 2016, j'ai pris la liberté de lancer, tout seul, un nouveau site, et comme il fallait le payer j'ai demandé à LîDjiboiuti un prêt de 30 euros, j'ai payé 20 euros de ma poche et ai lancé le site du collectif, celui que tout le monde connait sous l'adresse https://www.clmgf.be, je l'ai alimenté avec une documentation imposante, en parallèle j'ai créé un groupe sur Facebook, un autre groupe sur Linkedin.

En très peu de temps le site est devenu une référence pour le collectif mais cela ne plaisait pas aux professionnels (qui disposaient de leurs propres sites où ils évoquaient très peu l'existence du collectif Liégeois). Par contre j'ai toujours veillé à ce que chaque association membre du collectif dispose d'une page spécifique, même si souvent c'est moi qui devais la garnir par manque d'infos des associations qui, pourtant avaient la critique aisée de "mon site", "le site de Jacques", certaine personne allant même à dire qu'elle n'allait jamais sur le site de Jacques, de quelqu'un qui avait pourtant bénéficié de l'action de LîDjibouti, passée de bénévole à professionnelle.

De plus en plus, j'ai ressenti une certaine animosité à mon égard de la part d'une partie des associations et depuis la dernière conférence du 6 février 2019 à Liège il n'y a plus eu de réunion du collectif, j'ai - en quelque sorte - jeté l'éponge, mais personne n'est venu la ramasser ni essayer de ranimer le collectif mourant, alors peu à peu je me suis désintéressé d'une lutte où - comme mon pote Ibrahim - j'allais tout droit à l'ulcère d'estomac et j'ai considéré le collectif comme mort et son site comme m'appartenant vraiment, m'appartenant certes mais aussi aux bénévoles qui l'ont soutenu financièrement et via leurs commentaires constructifs.

Grâce à cinq personnes dont moi, le site peut vivre encore des années, je mets chaque mois 10 euros sur le compte, avec les sommes reçues de 4 autres personnes le site est payé au moins jusque janvier 2021 et il y aura assez l'an proichain pour encore payer un an de loyer, après ce sera plus dur.

Vous allez me dire "à quoi sert un site s'il n'y a plus rien qui s'organise à Liège ?"

D'abord à maintenir une source d'informations actualisées, on sait que nombre d'étudiants dans diverses branches de la médecine et du social font leurs TFE et autres Mémoires sur le thème des MGF et le site les aide, leur permet de disposer d'articles, de liens très intéressants, de coordonnées de spécialistes qui peuvent les aider . Par semaine j'ai au moins deux appels de jeunes, d'enseignants, de personnes qui connaissent des victimes et veulent les aider, ils me contactent par mail, par téléphone et je les oriente sur les associations de terrain, que ce soient le GAMS, le centre Louise Michel, le planning FPS, c'est normal, ils sont plus compétents que moi qui n'ai ni diplôme ni reconnaissance officielle, qui ne suis qu'un homme (parce que cela m'est aussi reproché par certaines personnes d'associations).

Ceci pour revenir sur le titre de mon article, et à un appel que je veux faire à l'occasion de la Journée Internationale Tolérance Zéro aux MGF :

Les problèmes des gens d'où qu'ils viennent concernent tous les gens qui veulent faire quelque chose pour leur venir en aide, j'en ai marre d'être considéré comme le vilain petit canard de service parce que je me mêle des "choses" qui "ne me concernent pas" d'abord parce que je suis un homme, parce que je n'ai pas les diplômes et compétences requis, parce que je ne suis pas un "professionnel". Et ce n'est pas valable que pour moi mais aussi pour nombre de mes ami(e)s rejeté(e)s par des associations qui fonctionnent aux subsides, et rien que durant les heures de service.

Ce 6 février il n'y aura rien à propos des MGF à Liège, pourtant il y a des associations, il y a des subsides qui arrivent..., à ma connaissance il y a un film et un débat ce soir à Bruxelles organisé par le GAMS, j'ai vu ça hier sur son site et l'ai popularisé sur le groupe CLMGF de Facebook comme je relaye les infos qu'on veut bien me donner, mais c'est fort rare.

Alors puisque "rien" n'est pas utile, je propose à mes lecteurs de regarder le site que je gère en mon nom :

CONTRE LES MUTILATIONS GENITALES FEMININES

de le partager à vos amis sur Facebook, Linkedin et autres réseaux sociaux ainsi que par mail à vos amis, familles, connaissances.

Sur celui-ci vous trouverez le n° de compte où j'espère recevoir un peu d'aide pour garantir la viabilité du site et peut-être réaliser avec quelques bénévoles un petit ouvrage sur les droits brimés des femmes, c'est quelque chose qui me tient à coeur même si on me dira encore que je n'ai pas à m'occuper de ça...

Je connais trop bien la chanson et je n'oublie pas les paroles !

Jacques Chevalier, ancien coordinateur bénévole du CLMGF, animateur et Webmestre du site CLMGF.

 

ET SI LE PTB ACCEPTAIT D'ENTRER AU GOUVERNEMENT ?

On leur a tellement dit qu'ils devaient prendre leurs responsabilités, on les a accusés de couardise, de non professionnalisme, de manque de suivi dans leurs idées, on leur a signifié que de leur programme on n'en avait rien à cirer, qu'on voulait d'eux seulement pour l'apport de leurs sièges... En fait, le sort du PTB était déjà scellé du fait qu'il comptait juste un peu trop peu d'élus, notamment en Flandre pour bloquer l'ennemi principal en partie francophone : le MR, même si les pontes du PS et du MR aimaient à se rencontrer et administrer ensemble des Villes et Provinces comme Liège par exemple.

Depuis leurs refus d'être la roue de secours, un parti avec ses voix et pas son programme, ni même un morceau de celui-ci, beaucoup d'eau à coulé et peu à peu l'idée de la pension à 1500 euros net a fait son chemin, même la NVA, faux cul, dit qu'il faut relever les montants des pensions les plus basses.

Je suggère dès lors aux amis du PTB d'aller à la rencontre des formateurs, voire du Roi directement, pour offrir les mandats du parti en vue de la constitution d'un gouvernement social d'urgence nationale. Les 10 sièges du PTB conforteraient alors une majorité arc en ciel.

On n'a rien sans rien ! Il faut que ce nouveau gouvernement tienne compte du programme du PTB avec application immédiate d'une pension minimum à 1500 euros/net couplée à la taxe des millionnaires et une meilleure répression de la fraude fiscale. Un résultat positif donné à la nation, aux petites gens mais à tous les pensionnés surtout.

Une seconde exigence immédiate devrait, à mon sens, porter sur le maintien de la pension à 65 ans.

Ces deux revendications de base peuvent être faciles à partager, les autres composantes d'un futur gouvernement devraient les accepter à brève échéance, ce serait, je le répète, un signe positif donné aux gens et le PTB-PVDA a tout à y gagner. Dans les trois ans qui viennent il y a aussi moyen de progresser dans d'autres dossiers, on ne sait pas avoir tout, tout de suite, ce n'est pas une révolution.

Est-ce que le PTB y perdrait son identité ? Je ne crois pas. Il se mettrait dans une meilleure position pour obtenir enfin un résultat tangible comme celui du minimum 1500 euros/net de pension, cela touche tous les pensionnés actuels et ceux à venir. En couplant avec des taxations justes on coupe l'herbe sous le pied des détracteurs qui accusent le PTB de proposer des mesures impossibles à payer, alors qu'ils savent bien que l'effort doit venir des riches !

Voila je fais cette proposition via mon blog perso et ma page Facebook, qu'on en discute, que mes amis du PTB y réfléchissent et qu'on avance un peu au profit des gens dont celui des 584.000 électeurs du PTB le 26 mai 2019.

Jacques Chevalier, citoyen.

La pension à 1500 euros/mois : pour qui et comment ?

Il y a quelques mois j'ai été un des premiers non-membres du PTB à signer la pétition pour 1500 euros/net de pension pour tous les travailleurs à leur fin de carrière. J'ai signé sur base d'un slogan, bêtement diront certains !

Car, par la suite, quand j'ai lu le texte servant de base à cette pétition, un texte d'une proposition de loi déposée par le PTB déjà en 2018 et n'ayant pas été suivie de la moindre discussion parlementaire, j'ai constaté qu'on demandait cette fois aux citoyens, sur base du même texte, d'intervenir selon une nouvelle loi accordant justement cette discussion au Parlement Fédéral.

En lisant bien le texte, ce que n'ont pas encore fait, je suppose, des paquets de gens qui ont signé "dans l'émotion", on constate que pour bénéficier des fameux 1500 euros il y a des conditions, c'est au terme d'une carrière professionnelle de 40 ans et cela ne concerne que les isolés.

C'est vrai que 40 années de travail c'est mieux que 45 et c'est un must pour les femmes dont souvent la carrière professionnelle est moins longue vu le recours aux temps partiels et toutes les incapacités en fonction de leur statut de mère, donc ces 40 ans c'est un progrès pour les femmes et pour les hommes aussi tant qu'à faire. Mais qui peut dire que la carrière professionnelle entrant en considération commence toujours à 20 ans, voire à moins ? On sait que au marché de l'emploi celui-ci est constamment dévalorisé, perdant son statut, sa reconnaissance en termes d'anciennetés barémiques. Bon c'est vrai, le PS (feu Michel Daerden) et le MR (Daniel Baquelaine), les grands visionnaires, ont fait passer l'innovation de l'allongement de la carrière de 65 ans à 66 en 2026 et à 67 ans en 2030, ce qui pourrait donner dans les années futures un étalement encore plus loin amenant l'âge légal de la retraite à 68, 69, 70 ans et plus au fil des ans, avec toujours une soupape de sécurité qu'est la reconnaissance de la pénibilité (à encore définir) du travail, histoire d'encore bien plus diviser les travailleurs entre eux !

La proposition citoyenne (enfin celle du PTB) qui compte déjà plus de 100.000 signatures (plus qu'il en faut pour intraduire cette pétition citoyenne), le parti de la gauche radicale voudrait plus que doubler le nombre de ses signataires.

Quand j'ai signé la pétition je pensais que le texte devait encore être paufiné avant sa présentation à la discussion parlementaire, je suppose d'ailleurs que c'est exact puisque que je suis invité ce samedi 11 janvier 2020 à une conférence-débat où il sera tenu compte des avis et observations du public pour améliorer la proposition de Loi citoyenne. Enfin c'est ce qu'il me semble.

Bon, c'est pas vraiment garanti car si je suis invité à cette Assemblée Générale de la section d'Oupeye du PTB c'est parce qu'ils ont mon nom dans leur fichier d'adresses, ils ont aussi le mail de ma compagne mais elle n'a rien reçu, or, selon ce que j'en vois sur Facebook, la section locale du PTB n'a pas créé un "événement" sur Facebook, il semble que j'ai été ajouté (par erreur ?) aux membres de cette section. Un ami m'a confirmé qu'au PTB, les membres consultatifs (ceux qui payent 20 euros/ans) peuvent participer à une assemblée générale par an et même y voter sur un sujet (ici, je suppose, un engagement à faire signer la pétition à un maximum de gens). Le stuut est que même si je soutiens le PTB via un versement de 5 euros/mois (ordre permanent) JE NE SUIS PAS MEMBRE DU PTB. Et là je me demande si on m'y laissera entrer, et ma femme aussi car on peut dire qu'elle aussi soutient le PTB, par sa voix aux élections mais aussi par une partie de mon versement puisque que c'est sur "l'argent du ménage" (on verra par la suite que nous ne sommes pas riches du tout et que chacun d'entre nous gagne moins qu'un élu du PTB, beaucoup moins !).

Bon, on n'est pas encore samedi et je suis toujours bel et bien invité par mail ainsi que je l'ai copié/collé de mon mail sur mon journal Facebook.

Revenons-en à ces fameux 1500 euros/net pour un isolé qui a donc une carrière de 40 ans, perso je suis dans le bon puisque je touche plus : pension d'isolé et taxshift : 1580 €, une personne à charge : plus : 75 € cela me fait 1655 €/mois en net (auxquels j'ajoute les 106 euros/mois que ma compagne touche en allocation d'Handicapée, cela nous fait 1761 €/mois net )

Dans mon exemple je ne parle pas du droit à la pension de ma compagne, elle n'a que 62 ans et aura 65 ans le 1 octobre 2022, d'ici-là ses seules ressources propres sont cette allocation mensuelle "de la Vierge Noire" à 106 € (c'est peu mais c'est parce qu'elle vit avec un citoyen qui a une "grosse pension" !). Cela nous fait - pour chacun - un pactole de 880,50 € par mois. Je me demande à combien j'aurais eu droit de mon jeton de présence si j'avais été un élu du PTB avec l'équivalent d'un salaire d'ouvrier !

C'est vrai que dans le calcul de sa pension ma campagne, si elle peut conserver son allocation de handicapé devrait sabrer le champagne en apprenant combien elle aura droit de pension à 65 ans avec ses seize années de travail à mi-temps dans une asbl de services comme femme de ménage et bien sûr sans reconnaissance pour avoir élevé quasi seule ses 6 enfants.

Si je commence à détailler notre vécu je vais me faire stopper (si on me donne la parole) rapidement, on m'invitera à prendre contact plus tard avec quelqu'un qui enregistrera ma demande, et cela je ne le conteste pas mais, par expérience du PTB, et de son site national, je sais bien que le chemin est long pour obtenir une réponse sur tel ou tel sujet. (oui je sais, je suis un emmerdeur !)

Donc en clair : qui va donc profiter de cette pension d'un minimum de 1500 € si elle entre dans le cadre de la Loi ?

Pourquoi est-ce que le texte de base de la proposition de loi se limite-t-elle à un isolé avec carrière complète de 40 ans ?

Qu'est-il prévu pour les ménages où les deux (ou plus) personnes travaillent et obtiennent un droit à la pension quand un des membres avec 40 ans de carrière prend sa pension.

Combien pourrait toucher un ménage de pensionnés ayant :

- tous deux travaillé au moins 40 ans ?

- un seul a travaillé 40 ans, l'autre moins ?

- aucun des deux n'a pas travaillé 40 ans ?

- Une des deux personnes n'a jamais perçu un salaire ?

- Le ménage dispose d'une allocation de chômage, du RIS (CPAS) ou autre allocation sociale ?

C'est cela qu'il aurait fallu mettre dans la proposition de Loi pour quelle soit claire et sans équivoque, formulée comme elle est, avec la seule mise en avant de ces fameux 1500 euros permettant aux travailleurs de se payer une maison de repos (pas une séniorie hein !) c'est comme on le dit trop souvent à mauvais escient du POPULISME.

Je ne sais pas comment faire pour retirer ma signature, et la remettre si on accepte de tenir compte de mes questions en y accordant des réponses claires et publiques.

J'ai comme l'impression que c'est peine perdue, et j'en viens, des fois, à me dire que le choix PTB n'était pas nécessairement le meilleur, à suivre d'ici les prochaines élections, en tous cas au niveau d'Oupeye même, je ne vois pas ce qu'y font les 3 élus du PTB, en tous cas y a rien à voir sur sa page FB et sur "le site".

Voila j'ai donc écrit ce texte de blog sur mon site perso, vous qui me lisez vous pouvez y écrire vos commentaires, vos questions aussi concernant la pétition du PTB, la proposition citoyenne, des choses que je pourrai transmettre ce samedi si on me laisse les dire. Mais si vous êtes du PTB alors c'est vraiment BIENVENUE à vos commentaires, vos avis en tant que membres, militants, responsables du PTB, vos réponses à mes questions. Soyons positifs, c'est plus chouette que se taire en ronchonnant chacun dans son coin.

Proficiat ! Comme on dit au PVDA.

 

80403163 10158040290017557 4088747765587247104 o

La pension c'est en profiter moins que ce qu'on imaginait

80403163 10158040290017557 4088747765587247104 o

Hier, on a appris la mort d'un camarade, membre de la Fédération des Résistances, très connu à Bruxelles et sur le net, quoique n'étant pas actif sur les réseaux sociaux qu'il fuyait comme la peste. Mars GILSON, que nous nommions Jésus, est parti voir de l'autre côté du miroir sans que cela inquiète personne de ne plus lire leur quotidien. Marc nous abreuvait de ses mails postés en fin de nuit, tous trop longs à lire même s'ils étaient intéressants et richement documentés en liens de références.

Marc, on avait parfois peur de le voir arriver dans une réunion ou une action, il affectionnait beaucoup les prises de parole et s'il écrivait bien, son discours oral, quoique fondé, était souvent pénible à écouter ponctué de "hein ?" en fin de toutes ses phrases. Je viens de retrouver uns de ses interventions filmée le 14 décembre 2014 Place Fontainas à Bruxelles lors de notre rassemblement FdR pour la Justice Fiscale, après 3 minutes je me suis éloigné de lui pour voguer vers d'autres camarades dont mon pote Michel...

Pour voir ce film cliquer sur son lien You Tube : https://www.youtube.com/watch?v=cjAxuw65OZM

Regardez aussi cette vidéo filmée en septembre 2014 elle est vraiment formidable et Marc y est assez exemplaire, en tous cas ce qu'il y dit est vrai et en avance sur son temps :

https://www.youtube.com/watch?v=Kzk0kuy9VKk

Lire la suite

Planmatexi zones habitat jardins collectifs

L'Avenir de mon ancien quartier !

Comme plein de gens le savent je suis un ancien Cherattois et, à ce titre, toujours intéressé par le devenir proche et lointain de ce quartier que j'aime et de son charbonnage, mémoire de la classe ouvrière, modèle d'architecture rescapé des affres du temps, de l'appétit glouton d'un propriétaire-ferrailleur, décédé, heureusement, avant l'halali,

Un projet existe et semble réaliste et réalisable par des gens sérieux et j'ai bon espoir qu'il se concrétisera au moins dans le cadre du projet soumis à la population le 17 décembre dernier au Hall Omnisport de Cheratte-bas, où je me trouvais avec une centaine d'habitants du quartier et de la Ville de Visé dont tout le collège Echevinal.

Comme il y avait un délai (trop court à mon sens) laissé aux personnes intéressées pour émettre leurs suggestions et remarques selon un canevas légal tenant sur 15 jours, je me suis dépéché d'envoyer mon avis sur le projet Matexi en lui-même avec quelques suggestions et critiques (constructives) à la Ville de Visé et à la Société Matexi, j'espère qu'on saura le lire sur l'annexe que je mets ici sur mon blog :

Autour du projet matexiautour-du-projet-matexi.docx (1.14 Mo)

N'hésitez pas à formuler vos remarques, critiques etc en réponse à cet article du blog, voyez aussi les deux autres annexes transmises pour info aussi ce jour aux autorités communales et à la Société Matexi dont la responsable m'a répondu qu'elle prendrait connaissance de mon courrier à son retour de congés le 3 janvier prochain.

Projet cheratte 1997 2006projet-cheratte-1997-2006.docx (19.26 Ko)

Situation du charbonnage du hasard cheratte en 1973 1974situation-du-charbonnage-du-hasard-cheratte-en-1973-1974.docx (13.63 Ko)

 

Dsc02729

20ème réveillon de Noël devant le centre fermé de Vottem

Ce mardi 24 décembre 2019 un peu plus de 500 personnes se sont rendues sur les hauteurs de Liège, à Vottem, pour protester une nouvelle fois contre l'enfermement de personnes étrangères n'ayant commis comme seule infraction de ne avoir les bons papiers pour s'établir chez nous.

Ce 20ème réveillon s'est déroulé sous une pluie battante avec de grosses rafales de vent, ce qui explique, en plus de la nuit qui tombe vite, la mauvaise qualité de mes 5 vidéos et quelques photos de l'événement. Mon travail, même de mauvaise qualité il me plait de le mettre sur mon site perso à travers mon blog, vous y étiez (ou non) et désirez faire un commentaire, apporter des éléments en plus, photos, vidéos, dites-le moi, ce sera, avec votre accord, diffusé sur une rubrique spécifique consacrée au CRACPE que je suis en train de préparer et que les membres du site peuvent déjà voir.

Alors je vous propose maintenant de visionner mes 5 vidéos en cliquant sur leurs titres en rouge :

FILM 1 - FILM 2 - FILM 3 - FILM 4 - FILM 5

et en cliquant sur les petites images de les voir plus grandes :

Dsc02729 Dsc02732 Dsc02733 Dsc02735 Dsc02736

 

Admirez le toit

Quel avenir pour le Chateau Saroléa à Cheratte ?

Il a été acheté par on ne sait pas qui en 2018 et il fait l'objet d'un projet immobilier (horéca) mais personne ne sait quoi, en tous cas c'est "motus et lèvres cousues" sur ce sujet au niveau de celles et ceux qui sont sensés représenter le peuple. Il aurait été vendu, lui et son grand parc pour la somme de 126.000 euros ce qui est dérisoire même si le château est en ruine, bouffé par la mérule.

Il ne fait pas partie du projet Matexi de reconception des espaces charbonnage et paire au bois, le projet Saroléa serait porté par un groupe Hollandais dont on ne sait rien non plus.

C'est navrant car tant le Château Saroléa et le charbonnage sont des témoignages importants de la mémoire locale. Le château est d'ailleurs beaucoup plus ancien que la Tour Malakoff et les deux lieux sont liés parce que le château fut érigé par un maitre Charbonnier (Gilles de Saroléa) du 16ème siècle, du temps où la mine était la colline où est le charbonnage étajt à ciel ouvert avant qu'au 19ème siècle on entame le creusement de puits. De plus,  le Château était encore l'infirmerie du charbonnage jusqu'à ses derniers jours près du 31 octobre 1977.

Personnellement j'ai lancé un nouveau challenge : essayer de savoir ce qui se prépare pour le Chateau Saroléa et conscientiser un maximum de gens intéressés à se battre, coordonnés, pour sauver ce qui peut l'être et rendre à ce lieu sa splendeur d'autrefois, qui va me rejoindre, qui va mouiller sa chemise ?

Aout2014derrire

Cette photo date du mois d'août 2014, il y a plus de 5 ans, on y voit l'état lamentable

de l'arrière du Châteu Saroléa.

 

Lameuse13dec19

Chertal a rendez-vous avec Cheratte

Un magnifique article pour un tout aussi beau projet de liaison entre Chertal et Chertal, un ensemble "WIN/WIN" où les Oupeyens et les Visétois ont tout à gagner. Je veillerai donc à ce que ce projet ne reste pas un voeu pieux ou un pétard mouillé.

Cela fait bien 22 ans que je me bats pour l'aménagement du quartier de Cheratte-bas, son charbonnage, la paire au bois et la gare, tant que j'en aurai la force je me battrai autant pour Chertal et cette liaison. J'espère touver dans ce combat des alliés, des personnes politisées ou non pour prendre mon relais car c'est, comme tout ce qui est public, une question de beaucoup de temps. Puissent mon site et ce blog être utiles à ces projets.

Pour information : sur mon site forum de Cheratte, cliquer sur :

http://cheratte.xooit.be/f7-PROJET-DE-REAFFECTATION-PAIRE-AU-BOIS.htm

Mutilations sexuelleslog

LE CLMGF devient CLMGF

Le CLMGF c'est fini ! EXIT le Collectif Liégeois contre les Mutilations Génitales Féminines et BIENVENUE au site Contre Les Mutilations Génitales Féminines !

Et oui le collectif d'associations et d'individus est mort depuis fin du mois d'août 2019 et Jacques Chevalier (et ses amis bénévoles) reprennent le site qu'ils étaient les seuls à alimenter et à soutenir, certaines personnes depuis plusieurs années, d'autres plus récemment et bientôt encore d'autres personnes qui répondront à l'appel à renforcer le site pour lui permettre de continuer d'être un outil utile pour tout qui s'intéresse de près ou de loin à la problématique que nous suivons depuis octobre 2007.

L'adresse du site : https://www.clmgf.be  - l'adresse mail du site : mgflieg@gmail.com

Clmgf1erlogomoyen

On ne dit plus LE CLMGF mais CLMGF

Clmgf1erlogomoyen

Et oui, c'est le tout premier sigle du Collectif Liégeois contre les Mutilations Génitales Féminines !

Depuis la fin de ce mois d'août 2019 le collectif a coulé sans personne pour venir de sauver, en fait cela faisait longtemps que le collectif vivotait entre deux eaux, secoué par des conflits larvés internes, après le succès de la dernière conférence publique à la cité Miroir début fébrier 2019 il n'y a pas eu de réunion de briefing et personne n'en a demandé la convocation, pour février 2020 la "fête" aurait du se passer dans un centre ouvert pour demandeurs d'asile mais personne n'a demandé l'organisation des réunions de préparation. Pour ma part je n'ai pas insisté me contentant de ravitailler le site et les groupes sur Facebook et Linkedin sans le moindre commentaire même critique des personnes et associations sensées diriger le collectif.

Comme je me retrouvais fort seul pour trop de choses à faire j'ai décidé d'abandonner le collectif, il était juste aussi, selon moi, de modifier le site et les groupes Facebook et Linkedin alors j'ai modifié la significations des lettres CLMGF, c'est dorénavant "Contre Les Mutilations Génitales Féminines" et le site dépend pour sa vie de tous les jours de son webmestre et des personnes à titre individuel qui soutiennent financièrement celui-ci.

Le mail du site reste celui du collectif, l'adresse URL du site reste la même et, grâce aux donateurs, le site peut espérer vivre au moins jusqu'en 2022, et si d'autres personnes viennent le soutenir, nous irons plus loin dans le temps.

La rentrée pourrait ne pas être chaude !

Chaque année, au mois d'août, on a coutume de dire que la rentrée sociale sera chaude. C'est ainsi et parfois cela se vérifie, surtout l'année des élections communales qui se passent en octobre et parfois quand un gouvernement très à droite se met en place... Cette année il n'y a pas d'élections communales et n'y a pas encore de gouvernement à tous les échelons (sauf communes et provinces) du pouvoir. Tout juste peut-on dire que des gouvernement "bouc et gatte" sont en voix de constitution avec des droites et des gauches ramollies qui joueront au consensus mou lui aussi jusqu'aux prochaines élections, chaque parti s'en mettant le plus possible en poche sans trop secouer le petit peuple et les patrons, la "classe moyenne" continuant de verser ses larmes sur ses acquis dévoyés, grignotés, ôtés.

En fait, on se demande qui pourrait bien descendre dans la rue en septembre et les mois qui suivent sinon les seuls gilets jaunes. Certains lycéens et étudiants pourraient encore se manifester mais les "têtes" belges du mouvement seront toujours en vaczances jusque la rentrée universitaire et puis il faut reprendre ses marques et le prochain gouvernement devrait répondre, avec ou sans Ecolo, aux questionnements climatiques, en tous cas les partis, même mperdants des élections du 26 mai ont encore un peu de peps sur le sujet. Un peu plus d'ailleurs que sur le RIC (Référendum d'Initiative Citoyenne) proposé par les Gilets Jaunes, qui semble s'enfoncer dans les oubliettes grande ouvertes par les médias pour y enfouïr ce mouvement citoyen qui dérange. Donc, comme les syndicats sont de plus en plus dans l'attente de la formation des pouvoirs qui seront leurs interlocuteurs, regrettant le refus du PTB de monter dans les gouvernements pour y appliquer au minimum quelques mesures en faveur du petit peuple, on ne doit pas s'attendre à des grand-messes en rouge, vert et bleu entre Nord et Midi au brand bénef des cafetiers bruxellois. Et puis on ne peut pas dire non plus que le PTB soit très actif dans la rue, en tous cas, à part sa kermesse annuelle à Bredene regroupant la moitié du nombre de ses membres, il n'y a pas de mobilisations en vue (évidemment si la FGTB dort, logique que le PTB sommeille). Donc il faut bien se dire que la rentrée à défaut d'être chaude, sera jaune. Mais pas partout parce que nous, les Gilets Jaunes, n'avons pas les moyens, pas de cotisations, pas de subsides, pas de permanents et puis pas grand monde pour nous soutenir quand les médias nous écrasent, nous surtaxent comme violents alors que nous nous faisons arrêter à Bruxelles du simple fait de nous rassembler sur une place publique, nassés, gazés, matraqués, enfermés dans des écuries et cachots durant des heures pour des contrôles d'identité qui deviennent prétextes à procès pour nous faire cracher des amendes impossibles à payer d'autant plus qu'injustifiables et comme tout le monde s'en fout, notre nombre se réduit et c'est bien l'objectif de certains... dans certaines villes il faut supprimer les SDF et mendiants en les expulsant, en les harcelant pour qu'ils aillent se faire pendre ailleurs et dans le pays faire taire ceux qui osent encore critiquer le système et ceux qui, à droite comme à gauche, en profitent et font profiter leurs petits amis. Et là tous les mauvais coups sont permis.

Et bien les gilets jaunes liégeois, ceux que je connais, ne se laisseront pas faire, le combat continue et on sait que ce sera dur, on sait que les idées d'extrême-droite renaissent et qu'émergent çà et là des râleurs qui peuvent passer des mots aux actes puisque la majorité dite "silencieusee" l'est effectivement, c'est d'autant plus facile et faut bien dire qu'il n'y a aucune similitude entre le peu que nous sommes, désorganisés, et les mouvements de résistance de la deuxième guerre mondiale et les années la précédant. Ce temps où les manifestants mouraient sous les balles des gendarmes et militaires quand en 2019, nous nous dispersons comme des moineaux effrayés quand arrive au loin l'auto-pompe de la police fédérale.

Il est temps de se reprendre en mains, de se dire que nous avons aussi des droits et des libertés à défendre et à reconquérir même si toute la population ne nous suit pas dans son grand ensemble. Les gilets jaunes ne sont pas bien organisés, ils ne sont pas soutenus non plus, tous ceux qui devraient les soutenir les poignardent parfois dans le dos, c'est vrai qu'à leurs débuts et dans certaines villes et provinces un parti fasciste a ténté (et tente encore) de s'approprier le mouvement des gilets jaunes (Nation), on peut supposer toutefois au vu de la maigreur de ses résultats aux élections du mois de mai dernier que son approche des gilets jaune s'est soldée par un échec.

Personellement je crois encore à la capacité des Gilets Jaunes de rassembler des citoyens dans la rue, c'est un symbole, un signe de raliement qui n'est pas une bannière de parti, d'un syndicat. Les gens, à mon avis, se reconnaissent plus dans les gilets jaunes que dans les partis quels qu'ils soient même s'ils votent encore pour eux. En tant que fondateur de la Fédération des Résistances je me sens plus proche des Gilets Jaunes que d'un parti, d'un syndicat, même si parfois je me fâche avec mes amis gilets jaunes.

Mais j'ai peur que notre dernière arme pointée sur le capitalisme fasse "long feu", et que cette plaie s'élargisse encore et nous infecte sans perspective de guérison. Je sais aussi que même si avec un article sur Facebook on peut faire le "buzz" c'est plus facile quand il parle de foot, de chanson ou des derniers jeux vidéos en ligne, d'ailleurs je m'attends à n'avoir aucun commentaire pour cet article, c'est tout dire.

Taxes des millionnaires et familles les plus riches...

Vu dans un des torchons médiatiques un tableau avec les dotations pour les partis politiques représentés à la Chambre et au Sénat, et ce qu'ils touchent au vu de leurs résultats du 26 mai 2019, je les ai remis par familles politiques avec ce qu'elles touchent ensemble, comme le PTB-PVDA qui est le seul parti national, attention les sommes sont très importantes, j'ignore si elles sont taxées ou si c'est du net comme j'ignore aussi leur fréquence de paiement, est-ce pour la législature, les 5 années à venir ou bien est-ce une somme versée annuellement, ce serait bien tous cas de populariser ces chiffres et demander leur avis aux cochons de payeurs que nous sommes sur la question !

Classement décroissant :

Famille PS - SPa : 9.607.116 €

Famille MR - VLD : 7.038.313 €

Famille NVA : 6.690.236 €

Famille ECOLO - GROEN : 6.229.545 €

Famille CDH - CD&V : 5.400.396 €

Famille Vlaams Belang : 5.012.727 €

Famille PTB - PVDA : 4.814.814 €

53435328 646572612437902 4098897632301154304 n

Les élections à Oupeye... le PTB en hausse !

Par rapport aux élections comparables de 2014 le PTB à Oupeye fait plus que doubler son score, c'est surtout par rapport aux élections communales d'octobre 2018 que je me suis basé pour estimer le nouveau bond en avant de ce parti et le recul des autres à l'exception des écologistes même si - pour eux - la différence à calculer est peu évidente puisque les ECOLO et le MR formaient liste commune aux élections communales d'octobre 2018.

Les différences sont aussi provoquées par le fait qu'il y avait peu de partis aux communales mais beaucoup plus aux législatives et que ces partis ont récupéré une partie des voix de toutes les listes de 2018.

On trouvera donc ci-dessous les nombres de voix obtenues par les partis d'abord aux communales de 2018 puis aux fédérales et enfin aux régionales des élections de 2019. Je ne mets pas les pourcentages : 

Bulletins valables : 15197 - 14605 - 14518

PS :   6293 - 4156 - 4245

PTB : 2174 - 3120 - 2867

MR-ECOLO : 2885 (en 2018)

MR : ------ - 2364 - 2359

ECOLO : ----- - 1474 - 1486

CDH : 2868 - 1177 - 1391

PP :   977 - 708 - 737

Pas présents en 18 :

DEFI :  524 - 318

Destexhe : 229 - 263

Belges d'Abord : 237 (uniquement Chambre)

DierAnimal : 186 - 225

Collectif Citoyen : 131 - 129

La Droite : 85 (uniquement Chambre)

Vlaams Belang : 80 (uniquement Chambre)

Wallonie Insoumise : 67 - 137

Nation : 57 - 89

Demain : 66 (uniquement Région)

talus avril 19

Les nouvelles du Talus Citoyen...

Le début floral du Talus citoyen, photographié le 16 avril 2019 à 16 h

Le reste du talus comme il est ce jour en cliquant sur :

https://taluscitoyen.blog/les-arbustes-fruitiers/